Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 16:05

Le masque orné de plumes de corbeau, celui qui célèbre le début de l’été ou encore celui censé invoquer les éléments pour que la récolte de maïs soit bonne finiront-ils chez de riches collectionneurs occidentaux ou reprendront-ils le chemin des plateaux de l’Arizona ?

masque HOPI LE PARISIEN 

La justice- Tribunal correctionnel de Paris - pourrait stopper net la vente aux enchéres prévue  à Drouot et demander la restitution de ces 70 masques.(avril2013)

 

 

Les Hopis, une tribu d’Indiens d’Amérique du Nord qui compte 18 000 personnes, revendiquent la propriété de ces objets datant du XXe siècle. A l’origine, ces masques appelés Katsinam étaient portés par des danseurs lors de cérémonies religieuses interdites aux blancs !

Les voir vendus à Paris serait pour eux « une offense profonde et un sacrilège ».

Le Parisien 

 

 

 

En dépit des suppliques de la tribu d'Arizona ,

les masques Hopis ont été vendus aux enchéres ...

 

La vente a été maintenu car un juge a estimé que ces masques ont " une valeur sacrée" pour les Hopis mais que cela n'en faisait pas pour autant des " biens incessibles" . Le Parisien

 

MASQUE article Le Parisien

 

Depuis quelques mois , plus de recherches , de lecture ...sur les Amérindiens.

C'est en reprenant "le surf sur la Toile" que j'ai pris note de  cette vente et je suis affligée par cette décision de justice.

 

Les Hopis , comme beaucoup d'autres tribus amérindiennes, ont beaucoup perdu depuis l'arrivée des Blancs ....Cet artisanat est d'une valeur inestimable pour tout amérindien ; ça me sidère de continuer à se voiler la face ainsi.

Rien ne change !!!! Que ce soit pour les Hopis , pour les Mayas ou bien encore plus loin, l'Egypte ....  Leurs Histoires , leurs traditions, leurs cultures se sont effacés des mémoires ou presque... Les archéologues sont arrivés bien souvent trop tard, les sites ont été pillés et lorsque de tels trésors d'Histoire refont surface , encore une fois, ces peuples ne sont pas écoutés !

A mon sens, c'est plustôt une injustice !

Il y a décidément bien des choses qui me font rager et bien des choses qui ne changeront jamais, malheureusement !!!

 

Hum... mon retour se fait sur un coup de gueule , au moins j'avais quelque chose à dire qui me tient à coeur.

DES BISOUS                                             TOKSA AKE

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 11:25

CHEVAL tarzane N-BUn livre formidable pour tous les amoureux du Cheval et

des peuples cavaliers : les Amérindiens.

- "Les Indiens d'Amérique et le Cheval" de Maria Franchini

 

Un cadeau de Noël de ma fille Ambre , quelle surprise ! Un beau livre fort bien documenté et que je lis petit à petit avec grand plaisir. Maria FRANCHINI nous invite à découvrir un monde riche d'enseignements pour tous les cavaliers et les passionnés de chevaux, à la source de l'éthologie contemporaine. Un ouvrage de référence exceptionnel.

CHEVAL APPALOOSA 

Avant propos de Jean-Louis Gouraud

 

<< L'idée de ce livre , dont Maria Lucchini veut bien m'attribuer la paternité, est née d'une discussion - en fait, une simple conversation - avec mario Luraschi. Faut-il le présenter ? Mario Luraschi est un des plus fameux cascadeurs équestres du monde, et le principal fournisseur européen de chevaux-acrobates pour le cinéma. Il a commencé sa vie avec les chevaux à  La vallée des Peaux-Rouges, une sorte de parc d'attraction des années 60-70 où l'on pouvait - quels que soient son âge, sa profession et ses convictions - le temps d'un week end , "jouer aux cow-boys et aux Indiens".

Malgré ses occupations ( 10 à 20 films par an ) , malgré les années, cette passion indienne ne l'a jamais abandonné. Il a profité des ses (nombreux)  voyages en Amérique du Nord pour fréquenter au plus prés les descendants de Sitting Bull et de Géronimo, les héros de son enfance. Il les a fait parler,il les a observés, il a même constitué, au fil des ans, une extraordinaire collection d'art et d'artisanat indiens, dont on a pu entrevoir la richesse, en 1999, lors d'une expsition au centre culturel de Boulogne -Billancourt , joliment intitulée Au centre du monde et présentée par Philippe Jacquin, professeur à l'université de Lyon II et spécialiste bien connu des Indiens des plaines.

Un soir de 1998, au cours d'un diner dans son vaste salon-musée de Fontaine-Chaalis, om il réside avec ses femmes et ses chevaux ( tout prés d'Ermenonville, là où se trouvait autrefois La Vallée des Peaux Rouges. preuve que mario est un garçon fidéle - sinon en amour, du moins en amitié )  nous nous étonnions mutuellement de certaines bizarreries dans l'évolution du savoir-faire équestre, d'inexplicables lenteurs dans la transmission des techniques.

Comment se fait-il , par exemple, que Gengis Khan, le conquérant mongol, dont le vrai nom Temudjin, signifie " ferraille" ou "ferrure" , n'ait point ferré ses chevaux? Au XIIIe siécle, pourtant, l'art de la maréchalerie était déjà parfaitement connu.

Comment se fait-il , autres exemples, qu'il ait fallu attendre le général L'Hotte (1815-1904) pour que la cavalerie française adopte enfin le trot enlevé: que de siécles de tapecul inutile !? Qu'il est fallu attendre l'aube du XXe siécle pour s'apercevoir qu'il était plus simple de sauter un obstacle en suspension sur ses étriers que calé au fond de sa selle ? 

Plus incompréhensible encore  ( ... ) 

CHEVAL et guerrier

-Tu sais, me dit alors Mario, on peut très bien se passer d'étriers, tout en restant stable, et donc efficace. Les Indiens d'Amérique ont inventé un systéme très astucieux qui te donne autant d'assurance à cheval qu'avec une paire d'étriviéres. Tu entoures ton cheval d'une courroie, une espèce de ceinture un peu lâche. Entre ce ruban de cuir et le cheval, tu introduis tes jambes légérement pliées : tu t'agenouilles. Avec ça, tu peux aller aux 3 allures en toute sécurité, tu restes libre de tes mouvements, tu peux manier le javelot, l'arc, la carabine. je l'ai vu faire par une tribu du Sud, au Mexique, les Yaquis. J'ai essayé. C'est impeccable.

 

Je me suis dit ce jour-là, qu'on était loin de tout savoir , ici, dans notre vieille Europe qui croit avoir tout inventé, sur l'art de monter à cheval. Qu'on avait encore beaucoup à apprendre de l'équitation des "Peaux-Rouges" . Et qu'il faudrait qu'un jour quelqu'un nous explique  pourquoi, par quel atavisme mystérieux, les Indiens, qui, parait-il, n'avaient jamais vu un cheval lorsque les conquistadors débarquérent chez eux, devinrent en une génération, une seule, de prodigieux cavaliers. ( ... ) >>

CHEVALAmoureux du Cheval , Passionnés par l'Histoire des Amérindiens ,

un livre de découverte et une autre approche du cheval...

 

BISOUS       TOKSA AKE

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 14:58

Photo LO 1086

 

l'homme qui s'est assis sur le sol de son tipi , pour méditer sur la vie et son sens, a su accepter une filiation commune à toutes les créatures et a reconnu l'unité de l'univers; en cela, il infusait à son être l'essence même de l'humanité. Quand l'homme primitif abandonna cette forme de développement , il ralentit son perfectionnement ...

Chef Luther Standing Bear

 

Photo LO 1099

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 17:59

La Terre a été créée avec l'aide du soleil et elle devrait être laissée telle qu'elle était... Le pays a été fait dans ligne de démarcation et ce n'est pas le rôle de l'Homme de le diviser... Je vois les Blancs s'enrichir à travers tout le pays et je connais leur désir de nous donner des terres sans valeur... La terre et moi sommes du même esprit . La mesure de la terre et la mesure de nos corps sont les mêmes. Dites-nous, si vous l'osez, que vous avez été envoyés par le Pouvoir Créateur pour nous parler. Vous pensez peut-être que le Créateur vous a envoyé ici pour disposer d enous selon votre bon vouloir. Si je croyais que vous étiez envoyés par le Créateur , je pourrai être enclin à penser que vous avez le droit de disposer de moi. Mais ne vous méprenez pas et comprenez bien la raison de mon amour pour la terre. Je n'ai jamais dit que la terre était mienne pour en user à ma guise. Le seul qui ait le droit d'en disposer est celui qui l'a créée. Mais je revendique le droit de vivre sur ma terre , et vous accorde le privilége de vivre sur la vôtre .

 

Chef joseph - Nez-Percés -

 

extrait de "Pieds nus sur la Terre Sacée"

 

20b0l76.jpg

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 20:12

" Toute créature vivante, toute planéte tire sa vie du soleil.

 

Si le soleil n'était pas , ce serait la nuit et rien ne pousserait - la Terre serait sans vie ! 1550512599_7de9cea9e3.jpgMais sle soleil a besoin de l'aide de la terre. Si le soleil agissait seul sur les animaux et les plantes, la chaleur serait telle qu'ils mourraient. Mais les nuages apportent la pluie, et l'action conjuguée du soleil et de la terre fournit l'humidité nécessaire à la vie. Les racines d'une plante s'enfoncent, et plus elles s'enterrent , plus elles trouvent d'humidité. Ceci est en accord avec les lois de la nature et montre bien la sagesse de Wakan Tanka  . Les plantes sont envoyées par Wakan Tanka et sortent de la terre à son commandement; la partie qui recevra le soleil et la pluie apparait au-dessus du sol et les racines plongent pour trouver l'humidité qui les attend. Les plantes et les animaux sont instruits par Wakan Tanka sur ce qu'ils ont à faire. Wakan Tanka apprend aux oiseaux à faire leurs nids, pourtant les nids de tous les oiseaux ne se ressemblent pas. Wakan Tanka leur donne seulement le contour. Certains font mieux leurs nids que d'autres. De même certains animaux se satisfont de demeures grossiéres alors que d'autres rendent confortables l'endroit dans lequel ils vivent. Certains animaux prennent un meilleur soin de leurs petits que d'autres. La forêt est le séjour de beaucoup d'oiseaux et d'autres animaux., l'eau est le séjour des poissons et des reptiles. A l'intérieur d'une même espéce , les oiseaux ne sont pas tous semblables et il en est ainsi avec les animaux et avec les êtres humains. La raison pour laquelle Wakan Tanka ne fait pas deux oiseaux , deux animaux ou deux êtres humains absolument pareils est qu'il les a tous placés ici pour ne dépendre de personne et se suffire à eux mêmes. Certains animaux sont faits pour vivre sous terre . Wakan Tanka a placé les pierres et les minerais dans le sol; certaines pierres sont plus exposées que d'autres. Quand un homme-médecine dit qu'il parle aux pierres sacrées , c'est parce que de toutes les substances du sol , elles sont celles qui apparaissent le plus souvent dans les rêves et qui peuvent communiquer avec les hommes.

 

Depuis l'enfance , j'ai observé les feuilles, les arbres et l'herbe, et je n'en ai jamais vu deux absolument pareils. Ils peuvent se ressembler , mais en les examinant j'ai trouvé lakota.jpgqu'ils différaient sensiblement. Les plantes appartiennent à des familles différentes... Il en est de même pour les animaux... Il en est de même pour les êtres humains, ayant chacun la place qui lui convient le mieux. Les graines des plantes sont portées par le vent jusqu'à ce qu'elles atteignent l'endroit où elles pousseront le mieux , où l'action du soleil et la présence d'humidité leur seront le plus favorables. Elles prennent racines et grandissent là . Toute créature vivante, toute plante est un bienfait. Certains animaux affirment leur raison d'être par des actes précis. Les corbeaux , les buses et les mouches se ressemblent en quelque sorte par leur utilité et même les serpents ont une raison d'être. Au commencement, les animaux ont probablement erré sur de très vastes contrées avant de trouver l'endroit convenable. Un animal dépend beaucoup des conditions naturelles qui l'entourent. S'il y avait encore des bisons aujourd'hui, ils seraient différents des bisons d'autrefois parce que les conditions naturelles ont changé. Ils ne trouveraient plus la même nourriture , non plus que le même milieu. Nous voyons le changement dans nos poneys .  Jadis, ils supportaient les rudes épreuves et marchaient longtemps sans boire. Ils mangeaient une nourriture simple et buvaient de l'eau pure. Nos chevaux doivent maintenant être nourris d'un mélange . Ils ont moins d'endurance et réclament des soins constants.Il en est de même avec les Indiens; ils sont moins libres et s'offrent en proies faciles à  la maladie. Autrefois, ils étaient robustes et en bonne santé; ils buvaient de l'eau pure et mangeaient la chair du bison qu'ils trouvaient partout en ce temps-là - on le parque aujourd'hui comme du bétail. L'eau de la riviére Missouri n'est plus pure  comme jadis et nombreuses sont les criques où nous ne pouvons plus boire.

 

les désirs d'un homme doivent tendre vers l'authentique, non pas vers l'artificiel. jadis on ne fabriquait pas les couleurs en mélangeant des terres, Il n'existait que trois couleurs tirées de la terre : le rouge, le blanc et le noir. on ne les trouvait que dans certains endroits. Lorsqu'ils désiraient d'autres couleurs, les Indiens y mêlaient des sèves de plantes, mais ils constatérent que ces couleurs mélangées se fanaient  et l'on pouvait toujours reconnaitre un rouge véritable - le rouge fait d'argile brûlée. " (...)

Dedication5MITAKUYE-OYASIN.jpg

( texte  d'un Sioux Teton, Okute, dit en 1911, sur ses croyances sacrées ; il explique que son peuple croit en un pouvoir mystérieux dont la plus grande manifestation était la nature, le soleil étant une de ses représentations.)

 

extrait de " Pieds nus sur la Terre Sacrée "

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 20:05

RUSSEL MEANS

10/11/1939 - 22/10/2012

 RUSSEL MEANS

Il était pur Oglala Lakota, né dans les collines sacrées noires du Dakota du Sud, Ses yeux durs et sombres semblaient regarder vers un autre siècle, ré-exécutant d'anciennes batailles, son beau visage couvert de cicatrices - celles-ci étaient des marques rituelles ou  les souvenirs de  bagarres à Sioux Falls ou San Francisco. Les longues tresses (jamais coupées, de ce qui est dit), les perles, le cuir: tout parlé de  son héritage. Mais étant Indien, il disait farouchement :   s'habiller de plumes comme un oiseau et aller à un pow-wow pour un couple d'heures n'est pas être indien.Nul Indien était authentique s'il n'était pas aussi libre que ses ancêtres l'avaient été.

S'appuyant sur tous les traités signés avec les États-Unis que ces derniers n'ont jamais respectés, il revendique au nom de son peuple la propriété du Lakota, territoire situé dans le nord-ouest des Etats-Unis. 

En 1968 Means rejoint l'AIM. .En 1969, il se joint à un groupe de natifs pour occuper l'ile d'Alcatraz pour une durée de 19 mois. Il est nommé comme premier dirigeant du groupe en 1970. Plus tard cette année-là, Means est l'un des leaders de l'occupation par l'AIM du Mont Rushmore. En1972 il participe à l'occupation par l'AIM du Bureau des Affaires indiennes  à Washington, et en1973 il conduit l'occupation de Wounded Knee, qui devient la plus célèbre action du groupe.

Means commence sa carrière d'acteur en 1992; il incarne le chef Chingachgook dans le Dernier des Mohicans. Il fait une apparition importante dans Tueurs nés et dans Into the West . Dans Pocahontas il prête sa voix au personnage du père, Powhatan.En 1997 Means publie son autobiographie, "Where White Men Fear to Tread " (Là où les Hommes blancs ont peur de marcher).  

WHERE-WHITE-MEN-FEAR-TO-TREAD.jpg

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 14:00

SEQUOIAS

TATANGA MANINé le 20 mars 1871, Tatanga Mani ou Walking Buffalo allait devenir un messager de la paix pour le gouvernement canadien. Indien Stoney, il passa ses plus jeunes années à Morley, en Alberta , mais fut bientôt adopté par le missionnaire blanc John McDougall. Il fréquanta l'école des Blancs sans pourtant jamais abandonner " l'étude de la nature" . Bien plus tard, le gouvernement lui demanda de faire un tour du mode comme représentant du peuple indien. Agé de 87 ans, il dit à l'occasion d'un discours à Londres :

SOLEIL EN FLEUR

< Les collines sont toujours plus belles que les constructions de pierre . On méne à la ville une existence artificielle ; la plupart des gens ne sentent jamais la terre sous leurs pieds, ne voient pas pousser les plantes autrement qu'en pots, et leurs regards ne se portent pas au-delà des lumiéres de la ville, pour saisir le charme d'un ciel de nuit parsemé d'étoiles. Quand on vit à l'écart des accomplissements du Grand Esprit , on oublie vite ses lois. >

Tatanga mourut en 1967 ...

LUNE ETOILES

<<Nous étions un peuple sans lois, mais nous étions en très bons termes avec le Grand Esprit, Créateur et Maître de toute chose. Vous présumiez que nous étions des sauvages . Vous ne compreniez pas nos priéres. Vous n'essayiez pas de les comprendre. lorsque nous chantions nos louanges au soleil , à la lune ou au vent, vous nous traitiez d'idolâtres. Sans comprendre, vous nous avez condamnés comme des âmes perdues, simplement parce que notre religion était différente de la vôtre.

Nous voyions la main du Grand Esprit dans presque tout: le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes, parfois nous l'approchions par leur intermédiaire. Etait-ce si mal ? Je pense que nous croyons sincérement en l' Être suprême; d'une foi plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traités de païens....Les Indiens vivant prés de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas dans l'obscurité.

Saviez-vous que les arbres parlent ? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et ils vous parleront si vous écoutez. L'ennui avec les Blancs , c'est qu'ils n'écoutent pas ! Ils n'ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu'ils n'écouteront pas les autres voix de la nature. pourtant, les arbres m'ont beaucoup appris: tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit. >>

LES 4 ELEMENTS environnement

extrait de "Pieds nus sur la Terre Sacrée "Ed. Denoël 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Voici un des textes de ce livre superbe ... à chaque fois que je me sens vidée, que je ne trouve plus la motivation pour avancer , je me ressource à lire ces textes ; dans ces lignes , je trouve  force et courage, les choses de l'Univers qui relient les hommes à la Terre ; c'est d'elles que dépend leur bien-être et ...le mien !!! 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 17:30

 

GERONIMO

Merci TACHKA


 

DES BISOUS  

 

TOKSA AKE

 

 



Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 20:00

... Se transmettre la connaissance ancestrale, parler sa propre langue, connaitre les plantes et les traditions ...Voilà se qui se vit , s'accomplit dans la nation Innu.

 

La communauté Innue de la réserve de Matimekush est située au bord du Lac Pearce, à environ 500 km au nord des Sept-Îles. Matimekush qui signifie " petite truite" .

---------------------------------

En quelques phrases, quelques minutes de partage , ce film transmet une infime partie de la quête d'une communauté amérindienne pour retrouver et ré-apprendre la tradition de leur peuple.Dommage que les sous-titres soient mal positionnés, mais j'ai réussi à lire alors j'espére que vous pourrez faire de même !? Chaque mot est fort , riche en émotion ; j'ai aimé cette vidéo beaucoup plus qu'un film qui dure des plombes sans réussir pour autant à partager les problémes d'aujourd'hui !

 

 

 

BONNE SOIREE        DES BISOUS       TOKSA AKE

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 15:06

  Les remèdes de l'homme medecine

 

SAPIN BLANCSapin balsamique

 

 

Utilisé par les Indiens sous forme solide ou en infusé, le sapin balsamique constituait l'un des remèdes naturels les plus efficaces contre le mal de dos, le rhume, la toux, l'asthme et la phtisie.

Les Penobscots appliquaient la résine du sapin balsamique sur des brûlures, des plaies et des coupures ; les Montagnais s'en servaient pour soigner les douleurs de poitrine et comme  laxatif puissant ; et les Menominees , contre le rhume et les affections pulmonaires.

Les Potawatomis des forêts employaient le liquide extrait de l'écorce comme remède contre le rhume, comme pommade pour les plaies et les blessures et, en infusé, comme médicament contre la phtisie et les infections internes.

 

 

 

 

 

 

Achillée mille-feuille

Les Indiens utilisaient l'achillée depuis les temps les plus reculés. Les Païutes s''en servaient pour ACHILLEE MILLE FEUILLESconfectionner un e tisane contre les troubles intestinaux, tands que les Utes l'employaient contre la nausée, en plus d'appliquer cet efficace remède naturel sur les bleus. Les Winnnebagos avaient recours à l'infusé de mille-feuille pour réaliser des compresses sur les tuméfactions et soigner les maux d'oreilles, cependant que les Chickasaws l'adoptaient pour lutter contre les crampes du cou. Les Indiens préparaient avec les feuilles d'achillée mélangées à d'autres plantes un onguent visant à traiter les éruptions cutanées; les Ojibwas, en particulier, adoptaient ce remède contre les piqûres d'araignées venimeuses . Avec un infusé de mille-feuille, les Montagnais soignaient la fièvre, et les Micmacs, le rhume.

 

 


BOULEAU

Bouleau

Le bouleau était un remède thérapeutique que les Indiens d'Amérique employaient largement contre diverses maladies : blessures, bleus, coupures, brûlures, toux, rhume, affections pulmonaires. Les feuilles de bouleau servaient sous forme solide ou en décocté, et étaient censées purifier l'organisme; les cendres de l'écorce étaient en outre censées purifier contre les aphtes et les stomatites, et pour combattre la gale. Les feuilles et l'écorce de bouleau étaient par ailleurs adoptées pour traiter les ulcéres et les tumeurs. Des rameaux du bouleau américain, les Potawatomis extrayaient enfin une huile avec laquelle ils parfumaient d'autres médicaments.

 

 

Cédre rouge

Les Indiens confectionnaient un infusé de cèdre rouge, qu'ils mélangeaient avec du vinaigre ; ceCEDRE ROUGE DE L OUEST remède permettait de soigner la gale et bon nombre de maladies de la peau; l'huile tirée des feuilles combattait en revanche les rhumatismes et les inflammations. Les tribus  des Grandes Plaines avaient recours au cèdre rouge pour lutter contre la toux; les Dakotas, les Omahas, les Poncas et les Pawnees en faisaient brûler des rameaux pour effectuer des fumigations contre le rhume. Les Creeks se servaient aussi des fumigations de cèdre rouge contre les contractures des muscles du cou, tandis que les Natchez traitaient de cette maniére les douleurs au niveau des épaules, de la poitrine et du dos, de même que les jambres enflées. Les Alabamas faisaient bouillir en revanche les feuilles et les rameaux , puis appliquaient les compresses ainsi obtenues pour soigner les rhumatismes. Les Ojibwas, enfin, hachaient les feuilles et les baies pour confectionner un remède contre le mal de tête.

 

ORME ROUGEOrme rouge

 

 

Les Indiens broyaient l'écorce de la racine de l'orme rouge jusqu'à ce qu'ils obtiennent une poudre, qu'ils faisaient ensuite sécher sur le feu. Ils considéraient le médicament ainsi réalisé comme l'un des plus efficaces pour cicatriser les blessures fraiches et les coupures. Avec l'écorce et la résine de l'orme rouge, ils soignaient en outre les furoncles, les pustules et les éphélides du visage; ils les mélangeaient également avec du vin pour faciliter l'expectoration du catarrhe. L'écorce de l'orme rouge servait par ailleurs à soigner les éruptions cutanées, les inflammations , la dysenterie et la diarrhée. Les femmes enceintes buvaient quant à elles une tisane d'orme rouge pour accélérer le travail. Les Indiens de l'Ozark employaient l'écorce comme remède contre le rhume, les troubles intestinaux, les ulcéres et les tuméfactions.

 

 

Pin

Les Amérindiens utilisaient l'écorce de pin comme remède contre tous les types de blessures; ilsPIN BLANC D AMERIQUE avaient en revance recours à la résine de l'arbre pour soigner les affections de la poitrine et la toux, mais aussi en cas de blennoragie et d'ulcéres. La résine de pin favorisait d'autre part la cicatrisation des blessures, calmait la douleur, réduisait les tuméfactions , stoppait les inflammations et traitait les rhumatismes. Les Choctaws soignaient avec une pommade à base de pin les furoncles , les ulcéres et les blessures provoquées par des épines et des échardes. Les Ojibwas broyaient les aiguilles de pin pour lutter contre le mal de tête; les fumigations d'aiguilles de pin étaient considérées comme un remède efficace contre le mal de dos. Pour soigner le rhume, les Mohegans buvaient un infusé d'écorce de pin, tandis que les Tadoussacs absorbaient un infusé d'aiguilles de pin pour traiter le mal de gorge. Les Menominees consommaient pour leur part des infusions d'écorce contre les douleurs de poitrine. 

 

Saule

Le saule possédait surtout des vertus anesthésiques et calmantes. Avec l'écorce de saule, les Natifs de Californie préparaient une tisane pour soigner le lumbago. Contre les tuméfactions, les Catawbas confectionnaient en revanche une tisane avec la racine de saule , que les Chickasaws utilisaient pour leur part contre le mal de tête et les hémorragies nasales. Les Creeks se plongeaient dans un infusé de racines bouillies pour prévenir la fiévre; les Algonquins agissaient de même pour soigner cette derniére. Les Mohegans confectionaient des infusés d'écorce de saule contre les vomissements et la production de bile dans l'estomac. Les Penobscots buvaient le même infusé pour soigner le rhume et fumaient l'écorce de saule pour lutter contre l'asthme.

 

LAC-sylvain-dakota-du-sud-usaEau  

Les populations indiennes se servaient de l'eau pour combattre les rhumatismes, les brûlures, la fiévre, le mal de dos, le mal de tête, les douleurs de poitrine et d'estomac, les inflammations des yeux et d'autres parties du corps.

 

Pour se soigner, les Indiens se plongeaient souvent dans l'eau. Après un bain de vapeur, par exemple, ils effectuaient de longs séjours dans les eaux glacées d'un lac ou d'une riviére: l'écart de température ainsi provoqué constituait un traitement efficace, ainsi qu'un excellent moyen de prévention, contre diverses affections, et permettait d'atténuer les tensions nerveuses.

 

 

Les Secrets des Indiens d'Amérique .Ed de Vecchi - de S.Bedetti

 

-------------------------------------------------------

 

Observations sur la médecine  des Indiens d'Amérique - Encyclopédie de l'Agora

 

Les plantes médecinales des Indiens des Plaines -

 

---------------------------

 



Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article

Le Tipi ...de Dream-Ptewi

  • : Le blog de DreamOKWA
  • Le blog de DreamOKWA
  • : " AMERINDIENS PASSION "... la Nature, ma vision du monde , mes lectures...et les peuples Amérindiens . Partager et communiquer...
  • Contact

Bienvenue chez DreamOkwa

Feeling_Grizzly-1600x1200.jpg

Un Sujet = Un Article ...

Bury my Heart at Wounded Knee

  WoundedKnee.jpg-29.12.1890.jpg

 

 

 

 

 

 

Archives

Traduction ou Gifs

 

Englishblogger

Englishblogger

españolblogger

deutsch

 

Gifs et compagnie

blogger

ANNUAIRE POUR LES NULS.

 

 

 

 

 

le Cercle des Passions

indian_bear.jpg

indian_turtle.jpg6a00d83516889e53ef00e54f39af358834-800wi.jpgla-terre-entre-nos-mains.jpg

LUNE-FROIDE.jpg