Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 22:00

 

                                                                                   Porte de l'Est



 Dans la tradition amérindienne, l'Est est associé à toutes les expressions de fertilité, de jeunesse, de croissance et de plaisir...
C'est un lieu d'abondance et il était même, chez les anciens Aztéques , le domicile de Tlaloc, le dieu de la pluie responsable de la fertilité et de la croissance de toute chose.
Son domaine était < la maison des plumes vertes , le domicile des années du roseau vert et de l'oiseau sacré Quetzal , le phoenix indien. Il a donné les longues plumes vertes à Quetzalcoatl qui renait sous ce signe , sous la forme du soleil  levant, aprés s'être sacrifié à l'Ouest>.
 
A cela se superpose le symbolisme de la droite, puisqu'en faisant face au Nord, le principal point d'orientation , l'Est est à notre droite , un côté que de nombreuses traditions ont associé aux présages favorables. Dans la tradition judéo-chrétienne, la main droite de Dieu évoque même  sa magnanimité : c'est elle qui nous bénit et nous prodigue ce dont nous avons besoin.
Ainsi, le Grand Esprit aurait également creusé le majestueux fleuve Saint-Laurent en utilisant le pouce de sa main droite. Rendu à la fin du chenal, il aurait lancé au loin les petits cailloux accumulés dans sa main au cours de l'opération  et une île serait née à l'endroit où chacun tomba, d'où la présence de nombreuses îles dans les eaux du Grand Fleuve, source de fécondité.

Aussi, on ne s'étonnera pas que l'Est soit associé à l'eau qui est une matérialisation exemplaire de tous les éléments nourriciers offerts à la terre. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les Amérindiens la demandent en tout premier lieu dans les priéres qu'ils adressent au Grand Esprit qui entend leur voix et distribue les ondées bienfaisantes , faisant jaillir les sources et couler les riviéres. Dans toutes les traditions, l'eau entretient la vie et exprime la bienveillance du Créateur à l'égard de ses créatures.
Le Dieu de la Bible est même comparé à une pluie de printemps , et aux eaux fraiches qui abreuvent ceux qui ont soif  en s'écoulant des montagnes. Pensons également aux nombreuses sources sacrées qui étaient jadis réputées pour vaincre la stérilité.
Ces sources étaient souvent protégées par des tabous et il était interdit, par exemple, chez les descendants des Mayas - Quiché d'Amérique centrale, d'y pécher ou d'ébrancher les arbres qui les ombrageaient.

D'autre part, l'eau ameublit la terre et la rend plus réceptive à la main de l'agriculteur qui lui prodigue les soins nécessaires pour qu'elle puisse fructifier. Une terre  sans eau est donc une terre impropre à la culture, car cet élément la rend plus réceptive à ce dont elle a besoin pour fructifier. Par analogie, elle dissout aussi en nous tout ce qui a durci et s'est cristallisé ( préjugés et habitudes notamment), tout ce qui nous empêche de nous ouvrir aux ressources utiles à notre propre développement. C'est pourquoi elle est source de fécondité en vlorisant ce que nous sommes véritablement. S'il fallait exprimer la premiére qualité de cet élément , c'est sans doute sa dynamique de valorisation que nous devrions en effet évoquer, et Bison Blanc a trés vite enseigné cela en expliquant qu'aprés le tabac, l'offrande la plus importante était celle de l'eau.

< Le tabac pour donner, l'eau pour valoriser > disait-il.......


 

Repost 0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 19:45

 

 

POULBOT souvenir, souvenir

 

                                                                                      ( clic sur PYREX)

Ce soir, je me sens aussi vieille que ces belles images - non, pas moi les images! - mais une bonne chose de faite, les 4 poteaux sont en terre et espérons que le ciment sera sec demain, pour continuer!

Finalement, plus galére que ce que je pensais pour poser un portail !!!! oups...aïe... ouille... et des crises de fou rire!!!!!!!

 

Mais avec le temps bon et pas trop ensoleillé - ben oui! cette fois-ci je suis contente que le ciel soit nuageux!! - demain un barbecue famille, entre filles, - il n'y a pas d'homme ici - et c'est reparti...

Je ne passerai  pas ce soir  encore, désolée... moulue, sciée, moulinée, cassée... heu, des synonymes encore, ben... LESSIVEE ! H.S !

MDR

 

DES BISOUS                 TOKSA AKE

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Au tepee de PteWi
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 16:07

 

Juste pour le plaisir, dommage que les sons et les parfums ne puissent vous parvenir par l'intermédiaire de la toile!!!!!!!!!!

Un WE chargé nous attend... installation de deux grands portails pour chaque entrée , de A à Z !! donc je ne serai pas sur le pc sauf si je trouve des énergies  quelque part !?!?

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Photos- Images...
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 18:00

Photo LO 2212

 

 

< Travaillant au milieu des fleurs, je me surprends à leur parler , à les raisonner ou à les gronder, à les adorer comme si elles étaient des êtres humains. Je provoque pas mal de rires parmi mes amies en faisant cela, mais cela n'a aucune importance ; nous sommes en si bon termes , mes fleurs et moi. >

 

Celia Thaxter , Une île-jardin, 1894

 

Photo LO 2217

Repost 0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 13:01

GERONIMO au fusil(...) Les trois guerriers avaient donné plus de temps aux femmes et aux enfants que cela n'avait semblé au premier abord. En l'espace de 4 heures, le major Morrow avait  perdu 10 éclaireurs. Comme il avait besoin de ceux qui restaient pour les recherches finales et le massacre , il décida de ne plus en perdre.(...)

 Il n'y avait pas de doute : GERONIMO filait vers le sud, conduisant sa bande à travers la chaîne des Dragoons. La seule destination possible était la sierra Madre.

 

 

Le major Morrow était un vétéran de la lutte contre les Indiens. Il savait que des guerriers apaches pouvaient parcourir cent miles en une journée; mais avec des femmes, des bébés et des enfants , dans un terrain montagneux , c'était une autre affaire. (...). Morrow commandait une partie du IX et X régiments de cavalerie et avait les capitaines Beyer et Dawson, duex vétérans ; en outre, il avait 40 éclaireurs indiens: des Papagos, des Pimas, et des Apaches. C'était une force importante et trés compétente(...)

 

Il n'avait jamais avoué à personne son amour pour les paysages de plaine, le matin et le soir. Ses hommes bivouaquaient dans le crépuscule pourpre de l'ombre des Dragoons, et loin à l'est, de l'autre côté de la vallée, il pouvait voir les cimes des Chiricahuas qui s'enflammaient de rouge , là où le soleil les touchait. 

L'armée était, avait été toute sa vie. Ses cheveux étaient blancs sous sa casquette ; il était à la fin de sa carriére.

 Maintenant, il avait de longs moments de silence pendant lesquels il se penchait sur son passé, comme en a peut-être tout homme qui pense, lorsqu'il approche de la fin de sa carriére...ou de sa vie. 

 

CHIRICAHUAS mountains

 

Il s'était fait briser la hanche, à First Bull Run ; il avait ressenti sa disgrâce pendant de longs mois d'hopital. L'obsédant frisson de la peur ne le quitta jamais. Avec son tempérament de militaire qui ne raisonne  pas, il ne pouvait accepter cette sensation. Quand il eût quitté l'hôpital, il demanda puis il supplia d'être renvoyé sur le front du sud, mais toutes ses requêtes furent repoussées...puis on l'envoya dans l'Ouest.

Tout d'abord à Fort Ridgely, là où la marée des Blancs avait envahi le Minnesota et les territoires des Sioux Santees. Il en vait vu des choses dans ses rapports avec les Santees et  les Little Crow. Mais des Indiens à demi morts de faim avec des arcs et des fléches , qui se sauvaient pour protéger leurs femmes et  leurs enfants...

 

Quand la guerre prit fin, il était à Denver, engagé dans des opérations contre les Arapahoes et les Cheyennes. Le 4 juillet 1865, au coin d'une rue, il regardait un défilé de la Victoire auquel il avait refusé de participer. Les troupes du colonel Chivington défilaient derriére une fanfare militaire et des milliers de gens, le long des rues, les acclamaient.  Prés de lui, il y avait un vieil homme barbu portant des vêtements en peau de daim et des mocassins et qui puait le whisky et la crasse.

FIRST BULL RUN 

Quand la fanfare fut passée, le vieux but un coup à sa bouteille et grommela; tout d'abord de façon inintelligible puis il cria, montrant du doigt les soldats qui passaient et  leurs chevaux: < Regardez! > hurla t-il , le doigt tendu. < regardez les scalps de femmes!> Et  les mains autour de la bouche , il cria aux soldats :

< Tueurs de femmes ! Tueurs d'enfants! >

Autour de lui la foule avait commencé à murmurer, mais le vieil homme ne le remarquait  pas ou cela lui était égal.

 En titubant, à moitié dans la rue, il avait montré un soldat du doigt:

< R'gardez sa casquette! Il a accroché à sa casquette les organes desséchés d'une femme! R'gardez tout's leurs casquettes! Bon Dieu ! Découpés d'ent' les jambes des femmes! R'gardez-les tous! >

SAND CREEK massacre 

 Un soldat furieux avait sauté de son cheval sur le vieil homme en le faisant tomber. Avant que la foule ait pu s'approcher, le vieil homme s'était relevé avec un cri de triophe et de défi. Le soldat gisait à terre avec un poignard planté dans la poitrine.

 

 

Morrow avait été témoin à charge au procés de Daniel - le seul nom que le vieil homme voulut bien donner à la cour. Il n'y eut pas de défense. Aucun avacat ne voulut se charger de l'affaire de Daniel. Quand la cour demanda à la défense de plaider sa cause, le vieil homme s'était levé, seul devant sa table, dans l'endroit réservé au prisonnier et avait dit : < D'défense, j'en ai pas, président! j'étais trop bourré pour m'souvenir d'avoir poignardé c'soldat.>

Il s'arrêta et regarda tranquillement autour de lui la foule silencieuse et entassée, avant de rire:

< Les seuls regrets que j'aie, juge , c'est de pas m'souvenir comm'ça m'a fait plaisir , mais j'suis encore plus fier d'savoir qu'ce fils de pute est en enfer. >

La foule avait rugi , bruyamment, comme un animal, menaçante et le juge avait dû jouer longtemps de son marteau pour rétablir le silence. Le jury ne quitta pas son banc. Ils se consultérent rapidement à voix basse, et le premier juré se leva, dit que l'accusé était coupable et recommanda la mort par pendaison.

 

 Daniel se leva à la demande du juge et, avec une aisance surprenante, il vint se mettre debout devant lui.

 

 < Avez vous quelque chose  à dire avant que je ne prononce la sentence?>

< ben, ouais, juge.> Daniel ricana et se tournant, il balaya le tribunal du regard. Ses yeux accrochérent un instant ceux de Morrow et l'humour sardonique du regard bleu clair le troubla profondément - ainsi qu'un éclair farouche, quelque part derriére ce regard. Morrow se sentait comme un enfant, avant que Daniel détournât le regard sur l'assistance , soudain silencieuse, qui attendait fascinée des paroles venant déjà de la mort.

< Et ben> sa voix était douce, presque mélodieuse. < J'pense que j'pourrais quand même dire que'que chose, puisque c'est de mon cou qu'il s'agit. > Il s'arêta et prit une grande respiration.

< D'abord j'ai pas peur de mourir. pour moi, de toute façon, l'moment d'mourir est sans doute venu. j'suis vieux, et j'en ai vu des choses, et j'suis sûr qu'il y a une justice... Ca prend du temps, mais y'en a une. Merde! > Il fit un grand geste avec son bras. < Nous sommes tous criminels ici. Moi, j'suis pas l'seul, mais j'revendique ma part. Quand j'suis venu dans l'Ouest, y'avait des castors partout. Y'a pus d'castors. Y'a pus de bisons. J'ai participé au massacre des deux.Bientôt, y'aura pus d'Indiens. C'qui en rest'ra va vivre dans des réserves comme des larves. > Sa voix changea et devint presque un murmure. 

< J'avais une femme, une Arapahoe, et un enfant, à Sand Creek. Y'avait pas d'guerriers là-bas... qu'des femmes et des enfants... les soldats les ont massacrés. >

 

 Un sourd grondement roula parmi la foule et Daniel ricana, sa bouche peline de chicots largement ouverte. Ses yeux se plissérent avec un humour féroce. 

< Ouais ! C'est la vérité, et vous l'savez! Y'aura pus d'antilopes...d'arbres...même l'air, bon Dieu! J'ai voyagé à dos de mulet, trois cent livres par bête, dans les camps de mineurs, où jour et nuit faut s'battre pour de l'argent, des putes et du whisky. Tout l'monde se met en bande pour se faucher et se chier sur la gueule. > Le vieil homme s'arrêta , regardant pensivement au-dessus des têtes , rétrécissant son regard en un point juste au-dessus d'elles. < Quand le dernier arbre s'ra abattu, quand le dernier bison s'ra mort, quand on aura trouvé la derniére pépite d'or et quand le dernier Indien s'ra tué... alors, qu'est-ce que vous ferez? Qu'est-ce que vous allez faire de toute cette avidité fantastique qui s'est accumulée en vous? que vous avez transmise à vos enfants? Qu'est-ce que vous f'rez à c'moment-là , j'vous le demande. I'vous rest'ra pus rien pour vous défouler, sauf ...vous-mêmes ! J'suis pas d'ceux qui déclament la Bible , mais que'qu'part, j'ai entendu dire que quand on déséquilibre les lois du bon Dieu, à c'moment-là les semences de votre propre destruction sont en vous. C'est pour ça - il se donna une tape sur la poitrine, et fit un grand sourire - que j'vous en veux pas, collégues criminels. Vraiment pas. Aussi sûr que Dieu a accroché la lune, vous tous et vos p'tits-enfants, on est tous sur la même galére. > (...) 

 

SAND CREEK stéle pour mémoire

 

(extrait de : "Pleure, Geronimo " Editions du Rocher: Nuage Rouge)

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Mes lectures - mes passions...
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 12:37

BEAUTIFUL PICTURE

 

NO COMMENT!!!!!!!!!!! clic sur photo...

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 09:09

 

HABITATIONS INSOLITES 

 Quelques habitations insolites, bizarroïdes.... et même ingénieuses pour certaines!! CLIC sur la maison !!

quelques -unes me plaisent vraiment beaucoup.... Merci à TACHKA  de ce partage , elle sait qu'elles sont les choses qui m'interpellent. ! LOL

 

DES BISOUS                                 TOKSA AKE

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 12:58

BELETTELa BELETTE voit derriére les masques et reconnait les toutes petites choses qui conduisent à un événement important.

C'est pourquoi il était courant dans les temps anciens que les rois portent des fourrures d'hermine ou de belette.

 

 

Les personnes qui possédent la force de la belette sont souvent sous-estimées car leur discrétion leur permet de cacher ce qu'ils savent.

 

 

 Dans les affaires, ils sont souvent imbattables dans la mesure où ils savent toujours , grâce à leur faculté d'observation aiguë , quels sont les projets de la concurrence.

 BELETTE à longue queue

 

Cependant, la belette est un totem de pouvoir difficile .

Les personnes qui possédent l'énergie de la

belette ont souvent tendance à seBELETTE blanche sentir coresponsables des choses qu'ils constatent chez les autres.

 

 

 

Beaucoup veulent en fait qu'on les laisse en paix et ils ont carrément tendance à rechercher une vie d'ermite ou, tout au moins, à une vie solitaire.

 

-----------

 

Trop mignonnes et pourtant si coriaces!

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Les Totems - Les Astrologies
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 00:01

Photo LO 1941

 

Au jardin de Julie !

 

-------------------------------------

 

" Côté jardinage, il y a , et il y aura toujours, beaucoup à apprendre. L'idéal serait que tous les jardiniers se sentent dotés des mêmes pouvoirs. Je vois l'esprit dans tout ce que nous faisons. Les régnes animaux et végétaux font partie du même univers que nous et sur un pied d'égalité ; le moyen de tout relier passe par l'amour et la reconnaissance. Beaucoup des enseignements du jardin reviennent à comprendre les liens qui existent entre toutes choses. Il existe des énergies invisibles et des mystéres de la croissance. "

 

Carol Riddel , Findborn: 30 ans d'expérience ( témoignage de Judith Bone), 1992

Repost 0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 16:22

Dans l'Altiplano , le lac Titicaca - 8 562 km2 - , le plus haut lac navigable du monde : altitude de 3 800m .

L’Ile du Soleil est sacrée depuis l’époque de l’Empire Inca, et le lac Titicaca serait pour les Indiens le berceau du premier Inca, qui serait sorti de ses eaux.

TITICACA

 

 

UROS femme et enfantAu XIIIe siécle, les Indiens UROS avaient aménagé des îles artificielles sur le lac Titicaca pour échapper aux agressions de leurs rivaux, les Incas, qui controlaient la région grâce au Qhapaq Nan.( la Grande Roue des Incas à travers la Cordillére des Andes  sur 6 000 km de long)

 

 

La tradition de ces îles flottantes, composées de totora , une espéce de roseaux qui pousse ici en abondance, s'est perpétué.

ILE UROS FLOTTANTE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UROS WOMAN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Les roseaux se changent réguliérement pour garder          la solidité des îles , 

            le totora  est constitué également d'une

                chair blanche à l'intérieur qui se

            se mange...  ILE FLOTTANTE UROS   

 

 

 

                                                                                  

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article

Le Tipi ...de Dream-Ptewi

  • : Le blog de DreamOKWA
  • Le blog de DreamOKWA
  • : " AMERINDIENS PASSION "... la Nature, ma vision du monde , mes lectures...et les peuples Amérindiens . Partager et communiquer...
  • Contact

Bienvenue chez DreamOkwa

Feeling_Grizzly-1600x1200.jpg

Un Sujet = Un Article ...

Bury my Heart at Wounded Knee

  WoundedKnee.jpg-29.12.1890.jpg

 

 

 

 

 

 

Archives

Traduction ou Gifs

 

Englishblogger

Englishblogger

españolblogger

deutsch

 

Gifs et compagnie

blogger

ANNUAIRE POUR LES NULS.

 

 

 

 

 

le Cercle des Passions

indian_bear.jpg

indian_turtle.jpg6a00d83516889e53ef00e54f39af358834-800wi.jpgla-terre-entre-nos-mains.jpg

LUNE-FROIDE.jpg