Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 12:35

HERBIER légumes anciens

CLIC sur les légumes !

pour découvrir des paysages assez surprenants.....

 

Bon Appétit à tous ...

 

 DES BISOUS

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Nature
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 23:08

<< Certes, le pain nourrit le corps,

mais les fleurs nourrissent l'âme aussi. >>

 

Le Coran

  

Photo LO 2387

 

 

 

 

Aprés

 

 

la

 

 

pluie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo LO 2388

 

         Vient

 

 

 

 

 

      le

 

 

 

 

   beau temps !!!!!

Repost 0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 12:40

 JEU et DECOUVERTE

 

 

Tout jardinier connaît fort bien les exigences des plantes : de l'eau et du soleil !

Dans son jardin, il est le roi, lorsqu'il peut jouer à sa guise avec l'un et l'autre. Quand la serre est chaude et humide, il peut bien planter ce qu'il veut.

 

HERBIER au fil des saisonsEt dans la nature, croyez vous qu'il n'y ait point de jardinier ?

Pourquoi cette fleur ici, et cette autre là ?

Qui se cache derriére cet arrangement subtil ?

Un jardinier ?

Non, DEUX jardiniers : l'eau et le soleil , encore eux !

De l'ombre ici, mettez donc l'Anémone sylvestre.

Du soleil là la place est au Genêt.

De la sécheresse, voici ce qui convient à l'Orpin.

De l'humidité, le Jonc se régale.

 

S'initier à l'écologie végétale, c'est découvrir les rapports existant entre la flore et son milieu. Ici , place au JEU...

 

Le JEU se déroulera de préférence au PRINTEMPS. Choisissez un itinéraire "sauvage", sur lequel se succédent différentes conditions de milieux. Pour ceci, un vallon orienté nord-sud et drainé par un cours d'eau est idéal. Vous aurez un versant à l'ombre , son opposé au soleil, des sols secs en haut de versant et humides en bas, peut-être des zones marécageuses dans le fond du vallon.

Selon ces variations d'humidité et d'ensoleillement, différentes flores croissent.

 

Amenez LES ENFANTS sur le haut d'un versant et donnez à chacun de quoi dessiner. Expliquez-leur le trajet qu'ils ont à effectuer, jusqu'au sommet du versant opposé:

 

<< Sur cet intinéraire, un jardinier mystérieux a planté différents types de fleurs et d'arbres, qu'il a spécialement adaptés à cette petite vallée. Bien sûr il ne s'agit  pas d'un jardin à la française, mais vous reconnaitre, si vous observez bien, que différents groupes d'arbres et de fleurs ont été constitués. Donc observez bien toute la végétation. Descendez lentement le versant, notez le type de végétation : quel arbre domine? Quelle est la fleur qui se montre partout? Est-ce qu'il y fait frais, le sol est-il humide,y-a-t-il beaucoup de lumiére? 

faites alors un DESSIN qui représente ce que vous voyez, la végétation, sa hauteur.>> preparation-jardinage-389731

 

 

S'il y a beaucoup de lumiére , utilisez le jaune .

 Si c'est humide utilisez le bleu-vert, et s'il y a de l'eau, le bleu.

En descendant l'autre versant, voyez vous un changement d'ambiance, de végétation? D'autres arbres , d'autres fleurs?

Sur votre dessin, pouvez-vous marquer la limite entre les deux ?

 

 

 Arrivés au terme de l'itinéraire,

vous vous asseyez et ouvrez une discussion,

un partage sur ce qui a été perçu.

Comparez les dessins ...

... vider vos poches pour constituer des HERBIERS de feuilles, de fleurs....

 

FLEURS DE MONTAGNE 

 

un PLAISIR et une JOIE ,

pour les  petits comme pour les grands,

de toucher la nature,

de la sentir,

de la comprendre!!!!

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Spécial Enfants-Jeux-Bricolage
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 17:00

belle amitie

 

L'amitié existe-t-elle encore dans notre monde aujourd'hui ?

 

<< Un premier regard pourrait nous faire craindre qu'elle ait disparu. Le monde des affaires est dominé par l'idée de marché, l'économie et l'intérêt; la politique, par la course au pouvoir. Dans les deux cas, il reste peu de place pour la sincérité dans les rapport  personnels. De plus, le mone moderne nous impose des changements continuels. Quitter son quartier et son travail, c'est finir par oublier ses vieux amis. Nous nous promettons de nous revoir, mais de nouveaux intérêts développent en nous de nouveaux besoins, nous faisons de nouvelles rencontres.

Qui pourrait un instant songer à prendre un temps d'arrêt, les yeux tournés vers son passé?

En Italie, le terme d'amitié comporte une connotation négative qui en fait presque le synonyme de privilége ou d'appui. pour trouver du travail, être admis à l'hôpital, obtenir un logement, il est indispensable de faire jouer ses relations. Toute procédure réguliére est inutile, la voie administrative ne conduit à aucun résultat. L'amitié vous permet de passer devant tout le monde, d'échapper à la régle. C'est ainsi que ce concept finit par recouvrir un ensemble de critéres de valeur personnels, de priviléges, grands et petits, dans un systéme social qui devrait au contraire , pour être juste, obéir à des régles  d'intérêt général et fondées sur le  mérite.

kissdesign amitie 067Le monde moderne est caractérisé par une évolution des fonctions.

Autrefois personnalisées, particularistes, affectives, elles tendent à devenir aujourd'hui indifférenciées, marchandées et neutres. 

L'amitié est donc perçue comme un sentiment anachronique , voire comme une source d'injustice. Dans une société juste, les rôles sociaux ne dépendent pas de l'amitié, mais du mérite de chacun, évalué avec impartialité. Les services sociaux doivent dispenser leurs prestations à tous, sans tenir compte de relations privilégiées. Un systéme administratif dans lequel interfére l'amitié est livré au favoritisme, à la "maffia", à l'injustice. Aussi considére-t-on souvent ce sentiment comme une survivance du passé; quelque chose comme la loyauté féodale, la magie ou le folklore. L'importance de l'amitié tendrait donc à s'atténuer et son destin serait de disparaitre progressivement au bénéfice d'un systéme relationnel impersonnel et objectif. Il est cependant permis de penser qu'elle réussira à survivre, à condition toutefois qu'elle n'intervienne que dans le domaine privé le plus strict, cela pour lui éviter toute contamination par les affaires, les services publics et la politique. 

 

Un ouvrage : << "L'Amitié" de Francesco Alberoni >> veut prouver qu'au-delà de cette premiére impression , la réalité n'offre pas un aspect aussi catastrophique. 

 

 

L'amitié reste une composante essentielle de notre vie, comme elle l'était dans le AMITIE le coeur sur la mainmonde antique. Sa nature fondamentale , qui la distingue de tout autre type de relations interindividuelles, demeure inchangée. Cinq siécles avant J.C et dans une tradition culturelle aussi radicalement différente que la tradition chinoise, Confucius énumérait 5 types fondamentaux de relations interindividuelles : de l'empereur à son sujet, du père à son fils, d'un homme à une femme, et du frére aîné au frére cadet - 4 types de relations hiérarchisés - d'un supérieur à un inférieur.

 

Le 5e , hors de toute hiérarchie, fonctionne d'égal à égal : c'est l'AMITIE. >>

 

tiré du livre de Alberoni

 

(..suite..) à votre bon vouloir?? 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Mes lectures - mes passions...
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 11:11

Photo LO fraise 2378

 

  Après le brin de muguet , que du Bonheur !!!

Servez-vous , un délice pour les papilles !!!!!!!

...MDR...

Allez , Mamalilou... fais-toi plaisir !!!!!  

Repost 0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 00:45

Photo LO Kheya 2381

 

 

Dimanche , les fraises étaient trop tentantes !!!

Une pour Ambre, une pour Kheya et une pour PteWi....

Y a pas à dire , c'est un plaisir ! Gorgées de soleil, sucrées à souhait et...

S.V.P... 100% Nature !!!!!

 

BELLE JOURNEE A TOUS   DES BISOUS

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Au tepee de PteWi
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 18:00

ENTERRE mon coeur à WOUNDED KNEE2ENTERRE MON COEUR A WOUNDED KNEE

 

A Nicolas Brave-Wolfe

 

Préface : Cette nouvelle édition de Enterre mon coeur à Wounded Knne marque le 20é anniversaire de la premiére parution du livre en France,  102 ans aprés le massacre de Wounded Knne, le 29 Décembre 1890. Tout au long de ces années lourdes de fantômes, le lieu en soi, désert et battu par les vents, est devenu le symbole moderne de maux immérités.

Au cours des vingt et quelques années écoulées depuis la sortie de cet ouvrage, de nombreux changements sont survenus dans l'univers des Indiens d'Amérique. Il y a eu prise de conscience et une évidente fierté de la  part de toutes les tribus à l'égard de ce qui touche à leur passé héroïque. Une volonté de redresser les torts antérieurs et de s'opposer à tout autre empiétement sur leur patrimoine s'affirme parmi les jeunes indigénes américains d'aujourd'hui. Certains ont lutté pour se doter d'une éducation et apprendre à utiliser au profit de leur peuple les instruments qu'offrent le droit,ENTERRE MON COEUR à Wounded Knee l'économie et la politique. Ils ont créé de remarquables groupes artistiques et littéraires dans divers domaines:études historiques, pamphlets, écrits d'actualité, romans riches et forts, thêatre et poésie.

Tous ces changements sont porteurs d'espoir pour l'avenir.

Mais l'espoir ne suffit pas. Du point de vue économique et social, en matiére de logement et de santé, trop de ces braves Américains opprimés continuent de vivre dans des conditions déplorables. Trop de torts sont encore à redresser.

Si ce livre a contribué depuis sa parution à modifier tant soit peu attitudes et comportements, il n'aura pas été inutile.

 

                              Dee BROWN , Septembre1992

 

 


Introduction

 ANAHUAC TREE ( CLIC lien photographe)

ANAHUAC veut dire "l'Amérique" en Lakota

- - - - - - - - -

Depuis le voyage d'exploration de Lewis et de Clark sur le littoral du Pacifique , au début du XIXe siécle, les rapports publiés pour dcrire l' "ouverture" sur l'Ouest américain se comptent par milliers. La plus grande concentration d'expériences vécues et de témoignages se rapporte à la période comprise entre 1860 et 1890 - époque dont traite cet ouvrage. Ce fut une ére de violence qu'on a peine à imaginer, et en même temps celle d'une véritable vénération pour l'idéal de la liberté individuelle représenté par ceux qui en jouissaient déjà.

dyn006 original 560 398 xpng 064bb7240a73ca71a3ef2d19fb4d3C'est dans ce court laps de temps que se situe la destruction de la culture et de la civilisation de l'Indien américain, et c'est dans le cadre de cette époque qu'ont été créés les grands mythes de l'Ouest américain - histoires de trappeurs, de pionniers, de pilotes de bateaux à vapeur, de joueurs, de bandits, de rangers, de chercheurs d'or, de cow-boys, de filles de saloon, de missionnaires, de maîtresses d'école et de grands propriétaires terriens. A de rares occasions seulement, la voix d'un Indien essayait de se faire entendre , mais même alors, son témoignage était le plus souvent rapporté par la plume d'un homme blanc. L'Indien représentait une sombre menace pour les mythes, et même s'il avait su écrire dans la langue anglaise, où aurait-il trouvé un éditeur pour publier son histoire?

Et pouratnt, elles ne sont pas toutes perdues ces voix indiennes , témoins du passé. Quelques comptes rendus authentiques de l'histoire de l'Ouest américain ont été conservés grâce aux mémoires pictographiques d'Indiens ou à des traductions anglaises, dont quelques-uns ont pu être publiés dans des journaux et des brochures obscurs ou dans des ouvrages de petite diffusion. A la fin du XIXe siécle, où l'intérêt mêlé de curiosité de l'homme blanc pour les survivants indiens des guerres se manifestait un peu partout , il arrivait fréquemment que des journalistes entreprenants questionnent les guerriers et les chefs et leur donnent l'occasion d'exprimer leur opinion sur ce qui se passait dans l'Ouest. La qualité de ces témoignages était discutable , car elle variait grandement selon la compétence des interprétes ou la disposition des Indiens à parler librement. Certains Indiens craignaient des représailles s'ils disaient la vérité, tandis que d'autres se plaisaient à mystifier les journalistes avec des histoires de fous et des contes extraordinaires. Les témoignages des Indiens parus dans les journaux de l'époque AVANT NOUS.....doivent donc être lus avec scepticisme, encore que certains soient des chefs-d'oeuvre d'ironie et que d'autres brûlent d'un feu poétique plein de furie.

Parmi les sources les plus riches de témoignages directs d'Indiens figurent les rapports des négociations de traités et autres rencontres officielles avec des représentants civils et militaires du gouvernement des Etats-Unis. Le nouveau systéme de sténographie d'Isaac Pitman commençait à être en vogue dans cette deuxiéme moitié du XIX siécle ; quand les Indiens prenaient la parole dans un conseil, un sténographe était assis à côté de l'interpréte officiel.

Même quand les réunions avaient lieu au fin fond de l'Ouest, il se trouvait toujours quelqu'un pour prendre note des discours, et, en raison de la lenteur du processus de traductions, une bonne partie de ce qui était dit pouvait être écrit de façon non abrégée . Les interprétes étaient assez souvent des métis sachant parler les langues mais rarement les lire ou les écrire. A l'instar de la plupart des peuples s'exprimant exclusivement oralement, ces métis et les Indiens devaient avoir recours au langage figuré pour exprimer  leurs  pensées, si bien que la traduction anglaise était fleurie d'images pittoresques et de métaphores empruntées à la nature. Si un Indien éloquent avait un interpréte incompétent, ses paroles risquaient d'être transformées en prose insipide , tandis qu'un bon interpréte réussissait à faire d'un orateur malhabile un fougueux poéte.

La plupart des chefs indiens parlaient avec franchise et sans contrainte devant les hommes blancs, mais, devenant plus avertis en matiére de diplomatie au cours des années 1870-1880, ils sollicitérent le droit de choisir leurs propres interprétes et sténographes. Dans cette derniére période, tous les membres des tribus étaient libres de parler, et quelques Indiens âgés en profitaient pour raconter des événements auxquels ils avaient assisté dans le passé ou pour résumer l'histoire de leur peuple. Bien que les Indiens qui ont vécu cette funeste époque de leur civilisation aient disparu à jamais, des milliers de leurs paroles sont conservées dans des rapports officiels. Une grande partie des délibérations les plus importantes étaient en effet consignée dans des documents et des rapports gouvernementaux.

puisant aux sources de cette histoire orale presque oubliée, j'ai essayé de rédiger un récit de la conquête de l'Ouest américain, telle que les victimes l'ont vécue, en employant autant que possible leurs propres paroles. Les Américains, qui ont toujours regardé vers l'Ouest en étudiant cette période de leur histoire, devraient se tourner vers l'est en lisant ce livre.

AMERINDIENSCet ouvrage n'est pas gai; cependant, l'histoire a sa façon d'empiéter sur le présent, et peut-être ceux qui me lisent gagneront-ils ainsi une meilleure compréhension de l'Indien américain d'aujourd'hui, sachant ce qu'il a été. Les lecteurs seront sans doute surpris d'entendre des mots de douce modération dans la bouche des Indiens, que des mythes américain ont stéréotypés comme des sauvages impitoyables. Ils pourront prendre conscience de leurs propres liens avec la terre à l'instar d'un peuple profondément fidéle à ses traditions. Les Indiens savaient qu'il existait  une étroite relation entre la terre et ses ressources, que l'Amérique était un paradis , et ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi les intrus de l'Est étaient déterminés à détruire tout ce qui était indien, ainsi que l'Amérique elle-même.

Et, si jamais le lecteur de cet ouvrage a l'occasion de voir la pauvreté, l'état désespéré et la saleté sordide d'une réserve indienne moderne, il lui sera peut-être possible d'en comprendre vraiment les raisons et de trouver la réponse au pourquoi.

 

Urbana, ILLINOIS

Avril 1970                                   DE  DEE  BROWN

 


 

AMERINDIENNE enfant bergére

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Mes lectures - mes passions...
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 14:10

Les premières plaques de pétrole libérées par le naufrage d'une plateforme pétrolière ont atteint les côtes de la Louisiane vendredi. La Floride s'attend à être touchée lundi.

La marée noire émanant de la plateforme pétrolière qui a sombré le 22 avril a atteint vendredi soir le delta du Mississippi en Louisiane, berceau d'un écosystème fragile où vivent de nombreux oiseaux aquatiques. La nappe d'hydrocarbures, gigantesque, devrait par la suite toucher les côtes de la Floride lundi. Avec 800.000 litres de pétrole s'échappant chaque jour de la plateforme Deepwater Horizon, la catastrophe pourrait dépasser en ampleur celle de l'Exxon Valdez, la pire de l'histoire américaine. Le pétrolier, qui s'était échoué en 1989 sur les côtes de l'Alaska, avait déversé plus de 40 millions de litres de pétrole sur une distance de 1.300 km. (...)

 

Samedi, l'Alabama et le Mississippi ont suivi l'exemple de la Lousiane et de la Floride en déclarant l'état d'urgence. A l'échelle fédérale, la marée noire avait été décrétée jeudi «catastrophe nationale». Ce dispositif doit permettre d'utiliser des moyens supplémentaires, notamment de dépollution, venant de tout le pays. (...)

 

La plateforme Deep Water Horizon, propriété de la société Transocean, contenait 2,6 millions de litres de pétrole et extrayait près de 1,27 million de litres par jour. La structure de BP a coulé à la suite d'une explosion et d'un incendie survenus le 20 avril. Une semaine après l'accident, onze personnes sont toujours portées disparues et les chances de les retrouver sont quasi nulles.

L'administration américaine a prévenu qu'elle n'autorisera pas de nouveaux forages pétroliers en mer tant que n'auront pas été établies les causes de l'explosion de la plateforme. Barack Obama avait troublé nombre de ses partisans et les écologistes en annonçant en mars la fin d'un moratoire sur l'exploitation pétrolière en mer, dans l'espoir de rallier des soutiens à une loi de réduction des émissions de gaz à effet de serre..(...)

 

( Le Figaro International - )

 


LAMENTABLE...

quelle  avancée remarquable!!!! des puits de pétrole dans les océans ...

je ne connais pas grand chose à tout ça mais quand je vois de tels désastres , quand je devine l'ampleur de CE désastre ... je suis en rage!!!!!!

Tout incident peut survenir- soit! - mais un Enorme accident, de cette envergure ??? NON !

 

MAREE NOIRE golfe du mexiqueLorsque j'entends certains commentaires comme : " c'est la faute d'eux  ! ils vont devoir payé ! prendre leurs responsabilités ! etc... " alors là , j'hurle ...

Nous sommes tous responsables d'une maniére ou d'une autre... se lamenter sur qui paiera ?! se lamenter pour les pauvres pêcheurs ?! se lamenter ... plutôt que de trouver le moyen le plus rapide pour endiguer cette marée noire dévastatrice !!!!

La faute à qui... la facture pour qui ....GrrrrrrrRRRRrrrrrrrrr!!

 

Pour les années à venir, TOUTE la côte et les marais de Louisiane et plus encore, seront anéantis.... toutes les prédictions sur les années qui viennent se réalisent !

Que ce soit la Terre qui "parle" ou NOS actions  "à contre-sens" s'avérent  exactes...

où allons-nous? que faisons-nous?

 

Je suis triste et je me sens I-NU-TI-LE....

 

(Un clic sur les "pélicans englués de pétrole" (!!!) et une page d'EuroNews avec vidéo...)

 

 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 12:35

Mr et Mme PIOU-PIOU sont heureux de vous annoncer

la naissance de KIRIKOU...

 

   Une 1er sortie sous le soleil printanier, il est comme Papa ,

d'un beau bleu turquoise  !

 

PhotoBB LO 2365

 

PteWi est ravie...lol

 

 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Au tepee de PteWi
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 13:25

Le très beau havre

 

CARAVELLEla dauphineChassés d'Italie par les troubles de la péninsule, de nombreux Italiens avaient transporté en France leurs maisons de banque et de commerce. Parmi eux, des financiers étaient prêts à soutenir la recherche d'une voie vers le Cathay , pays de la soie qu'on situait alors en Chine septentrionale. C'est ainsi que se noua à Dieppe, où les Florentins de Rouen avaient de gros intérêts , l'accord entre l'armateur et banquier Jean Ango et Verrazano, marin toscan connu pour ses voyages en Méditerranée.

 

Après un premier échec en 1523, Verrazano entreprit un second voyage avec une seule caravelle, La dauphine, cinquante hommes et des vivres pour 8 mois. Il toucha d'abord la Caroline du Nord actuelle en mars 1524, descendit vers le sud puis remonta le long des côtes - Virginie, Delaware, New jersey, baie de New York, Maine et enfin Terre-Neuve . Il regagna Dieppe en juillet 1524, d'où il rédigea un rapport à destination du roi François 1er , lui décrivant cette nouvelle terre qu'il avait baptisée Francesca en son honneur.

 

De la côte Est de l'Amérique, en effet, on ne connaissait à l'époque que Terre-VERRAZANOneuve et la FLoride, qu'on croyait être des postes avancés du Cathay. On ignorait encore que ces terres constituaient à elles eules un continent, détaché de l'Asie.

Homme de la Renaissance, lettré et scientifique, Verrazano rapporte de son voyage non seulement des descriptions précises et fines des sites et de leurs habitants, mais des conclusions percutantes sur ce monde qui s'ouvre à lui - en lui barrant la voie de l'Asie :

< Une terre ignorée des anciens a été découverte de nos jours. Un autre monde, distinct de celui qu'ils ont connu, apparaît avec évidence...>

Déterminé à trouver le passagevers l'Asie, Verrazano repartit en 1528 et pèrit corps et biens.

 

 

NarragansettBaySunset small 

 

  Le texte qu'on va lire constitue la premiére description connue du site de ce qui sera New York; et des Narrangansetts, à la hauteur du Newport actuel, sur l'île qui fait face au Rhode Island ( Aquidneck Island). A l'évidence, ces indigénes le séduisent. Leur beauté, leur grâce et leur élégance attestent d'une société riche en arts et en techniques multiples - agriculteurs savants, chasseurs efficaces - et d'une vigoureuse vie communautaire.

 

---------------- 

Francois1erCourminiRelation du voyage de la Dauphine à François

1 er , roi de France.

terre d'Angoulême, baie de Sainte-Marguerite, fleuve Vendôme, l'Île de la Reine-Louise.

 

<< Nous parvînmes ensuite à une autre terre, éloignée de quinze lieues de la susdite île, et y trouvâmes un très beau port. Nous n'y avions pas encore pénétré que nous vîmes des indigénes , montés sur une vingtaine de barques, venir vers le navire avec des exclamations de surprise. A une distance d'une cinquantaine de pas, ils s'arrêtaient, considérant le bâtiment, nos visages et nos habits. Puis, en signe d'allégresse, tous ensemble poussaient un grand cri. Lorsque nous les eûmes rassurés quelque peu en imitant leurs gestes, ils s'approchérent assez pour que nous puissions leur jeter des grelots, des miroirs et autres objets de pacotille. Ils prirent ces objets, les regardérent en souriant et montèrent sans crainte à bord.

Parmi ces indigénes se trouvaient deux rois de la plus belle taille et de la corpulence la plus avantageuse. L'un d'eux était agé d'une quarantaine d'années, l'autre avait vingt-quatre ans. Ils étaient vêtus de la maniére quivante. Le plus âgé avait sur le corps une peau de cerf, habilement damassée de broderies. Sa tête était nue et ses cheveux noués sur la nuque. Une large chaîne ornée de nombreuses pierres de couleur entourait son cou. Le jeune roi était accoutré d'une maniére analogue.

Cette race est la plus belle et la mieux policée que nous ayons rencontrée au cours de notre expédition.Plus grands que nous, les hommes ont le teint bronzé. Certains sont un peu plus pâles, d'autres un peu plus colorés. Leur visage est allongé, leurs chevaux , dont ils ont le plus grand soin, sont longs et noirs. Leurs yeux sont noirs et vifs et leur physionomie douce et noble. Je ne parlerai pas à Votre Majesté des autres parties de leur corps : elles sont dignes des hommes les mieux proportionnés.

Les femmes sont également bien faites et belles. Elles sont fort grâcieuses, ont l'air agréable et l'aspect plaisant. Leurs moeurs et leur conduite sont, comme chez toutes les femmes , celles qu'inspire la nature humaine. Elles vont nues, comme les hommes, avec une simple peau de cerf brodée. Quelques-unes porent aux bras de superbes peaux de loups-cerviers. Leurs têtes sont découvertes et ne sont ornées que de tresses formées par leurs cheveux qui pendent de part et d'autre de la poitrine. Quelques-unes sont cependant coiffées à la façon des femmes de l'Egypte et de la Syrie: ce sont celles qui ont atteint un certain âge et sont mariées.

Hommes et femmes portent des pendants d'oreilles à la maniére des Orientaux, notamment des lamelles de cuivre ciselé, métal que ce peuple met à plus haut prix que l'or. Ce dernier métal en effet n'est pas apprécié; il est même tenu pour le plus méprisable à cause de sa couleur, le bleu et le rouge étant surtout goûtés. Parmi les présents que nous faisions à ces indigénes, les grelots, la verroterie et les colifichets à mettre aux oreilles et autour du cou étaient les plus prisés. Ils n'avaient aucune estime pour les draps de soie, l'or... Il en était de même des métaux tels que le fer et l'acier. A plusieurs reprises, ils témoignérent qu'ils n'avaient pas d'admiration pour les armes que nous leur montrions... Ils ne se souciaient pas d'avantage de recevoir des miroirs: lorsqu'ils s'y étaient regardés ils nous les rendaient en riant.

Ces indigénes sont fort généreux et donnent tout ce qu'ils possédent(...) .

Allant plus loin, nous vîmes les habitations de ce peuple. De forme circulaire, elles ont de quatorze à quinze pas de tour. Formées de demi-rondins de bois, elles sont séparées les unes des autres sans aucun souci architectural. Les paillassons habilement tressés qui les couvrent les abritent de la pluie et du vent... Ils transférent leurs habitations d'un lieu à l'autre , suivant les avantages du site et le temps qu'ils y ont déjà passé.

Ils emportent seulement les paillassons, ayant ailleurs d'autres demeures construites.

Dans chacune de ces habitations vit le père et sa trés nombreuse famille: nous vîmes en effet dans l'une d'elles jusqu'à 25 ou 30 personnes... Ils mangent des légumes qu'ils cultivent avec beaucoup plus de soins que les autres peuplades, en tenant compte, lors des semailles , de l'influence de la lune, de la naissance de la Pléiade et de beaucoup d'autres règles indiquées par les anciens. Ils vivent vieux et sont rarement malades. S'ils sont blessés, ils se soignent eux-mêmes , sans exhaler une plainte. Ils meurent généralement de vieillesse. Nous les croyons fort affectionnés et serviables envers leurs proches, car ils se lamentent fort durant les adversités dont souffrent ceux-ci et leur rappellent leur félécité lorsqu'ils sont misérables.

 

 

Dans les familles, lorsque l'un d'eux est sur le point de mourir , ses proches font entendre longuement la plainte sicilienne accompagnée de chants.

...Nous ne pûmes rien apprendre... de la religion des peuples que nous avons rencontrés et dont nous ignorons la langue. Il nous parut qu'ils n'avaient aucune loi ni aucune croyance, qu'ils ne connaissaient ni cause premiére ni premier moteur; qu'ils n'adoraient ni le ciel ni les étoiles, ni le soleil ni la lune, ni les autres planétes; qu'ils ne se livraient à aucune espéce d'idolâtrie. Nous ne vîmes point qu'ils fissent des sacrifices ou des priéres ou qu'ils posséâssent des temples ou des lieux réservés au culte. Nous croyons qu'ils n'ont aucune religion et qu'ils vivent en toute liberté par suite de leur totale ignorance. Ils sont en effet aisés à persuader et ils imitaient le zéle et la ferveur avec lesquels ils nous voyaient remplir les pratiques chrétiennes...>>

------------------------

?????? !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ?????? NEW YORK d'aujourd'hui

 

 ?????? !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!??????

 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article

Le Tipi ...de Dream-Ptewi

  • : Le blog de DreamOKWA
  • Le blog de DreamOKWA
  • : " AMERINDIENS PASSION "... la Nature, ma vision du monde , mes lectures...et les peuples Amérindiens . Partager et communiquer...
  • Contact

Bienvenue chez DreamOkwa

Feeling_Grizzly-1600x1200.jpg

Un Sujet = Un Article ...

Bury my Heart at Wounded Knee

  WoundedKnee.jpg-29.12.1890.jpg

 

 

 

 

 

 

Archives

Traduction ou Gifs

 

Englishblogger

Englishblogger

españolblogger

deutsch

 

Gifs et compagnie

blogger

ANNUAIRE POUR LES NULS.

 

 

 

 

 

le Cercle des Passions

indian_bear.jpg

indian_turtle.jpg6a00d83516889e53ef00e54f39af358834-800wi.jpgla-terre-entre-nos-mains.jpg

LUNE-FROIDE.jpg