Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 11:30

Les réserves

 

TRIBUS INDIENNES ET LIEUXLa création des réserves répond avant tout au désir de tenir les Indiens à l'écart de la société blanche. Mais les Blancs espèrent également que la marginalisation des cultures autochtones favorisera l'assimilation.

L'idée d'un teritoire " réservé" aux Indiens voit le jour dans les colonies fondées par les "Pélerins" du XVIIsiécle. Les premiéres réserves, au sens actuel du mot, sont créées dans le Nord-Est des Etats-Unis, peu aprés la fin de la guerre d'Indépendance. Elles sont d'abord constituées d'une partie du territoire ancestral de chaque tribu, mais cette pratique " généreuse" est rapidement abandonnée, et des millénaires d'adaptation à un certain environnement seront réduits à néant en quelques décades lorsque des tribus seront déportées pour être réinstallées sur des terres étrangéres et inhospitaliéres.

A partier de 1825, les administrations américaines successives envisagent d'apporter une solution finale à la " question indienne " en regroupant les Indiens à l'ouest du Mississippi.

Les Indiens du Sud-Est sont les premiers à s'installer sur ce que l'on appelle , à partir de 1834, le Territoire indien (Kansas et Oklahoma actuels, et parties du Nebraska, du Colorado et du Wyoming). Pensant un certain temps, ils y atteignent un niveau de développement économique et un taux de scolarisation supérieurs à celui de plusieurs états voisins, mais la guerre de Sécession cause leur ruine. RESERVES INDIENNESUne fois la guerre terminée, ils doivent accepter de nouveaux traités et partager leurs terres avec soixante autres tribus ou bandes : agriculteurs et chasseurs, amis et ennemis, pêle-mêle...

Les Blancs des Etats voisns ne cesseront d'envahir le Territoire indien, et les terres indiennes "inviolables" seront progressivement organisées en Territoires, puis en Etats. Lorsque l'Oklahoma deviendra à son tour un Etat, en 1907, le Territoire indien cessera d'exister.

Le démantélement de ce dernier a été précipité par le lotissement des terres tribales, uen mesure destinée à accélerer l'assimilation des Indiens.

Le General Allotment Act ( ou Loi Dawes) qui date de 1887, a divisé les réserves en lots individuels de 65 hectares environ.Cette décision , contraire à la tradition communautaire indienne, a spolié les Indiens des Etats-Unis de 42 millions d'hectares.

En 1953, le Congrés fait uen derniére tentative pour faire disparaitre les réserves en proposant de racheter les terres indiennes. Avant qu'il ne soit mis un terme à cette politique , 19 tribus auront perdu un million d'hectares supplémentaire.

La tendance s'est inversée ces derniéres années, et plusieurs revendications territoriales ont été satisfaites. Au Canada où les Indiens ont été également confinés dans des réserves, mais moins brutalement, un accord historique a été conclu au début des années 1990 qui prévoit le partage des Territoires du Nord-Ouest entre Inuit, Indiens et Métis...

 

La christianisation

 

ARRIVEE DES URSULINESLes Hurons se méfient des Jésuites français, des hommes étranges, vêtus de robes noires et résolument célibataires, qui vivent au milieu des Indiens et apprennent leurs langues, mais refusent d'adopter leur mode de vie et leurs croyances , et s'efforcent de leur inculquer une religion étrangére.

Certes, le dieu des chrétiens est semblable au Grand Esprit , mais les personnages de l'Histoire sainte habitent une contrée lointaine et inimaginable, et non le territoire de la tribu.

Les enseignements du christianisme sont contenus dans un livre que les Indiens ne savent pas lire, et s'expriment au moyen d'une imagerie , d'une symbolique et de chants tout à fait étrangers aux cultures indiennes.

Malgré tout, les missionnaires réussissent à obtenir des conversions, de nombreux Indiens acceptant le baptême par opportunisme économique ou politique. Les Hurons adoptent les signes extérieurs de la culture française pour occuper une position privilégiée au sein de la traite des fourrures. En 1610, à Port Royal (Nouvelle Ecosse, Canada) Membertou, un chef micmac, se fait baptiser pour sceller son alliance avec les Français.

Pour les Timucuas de Floride, la conversion est un moyen de faire cesser les violences et les ASSIMILATIONdéprédations perpétrées par l'occupant espagnol. Quand aux Mohawks, une des tribus de la Confédération iroquoise , ils réclament des missionnaires catholiques aux Français après que ceux-ci eurent détruit  leurs villages lors d'une expédition punitive, en 1666.

Les nouveaux convertis doivent renier leurs croyances , leur culture, leur identité. Au XVIIsiécle, les puritains de la Nouvelle Angleterre emploient la force pour imposer l'obéissance à leurs lois; ils châtient les Wapanoags lorsqu'ils chassent ou pêchent le dimanche , utilisent des médecines traditionnelles ou se marient en dehors de l'église. A Plymouth, les Massachussets encourent même la peine de mort s'ils renient le christianisme. En Colombie-Britannique, au XIXsiécle, William Duncan, un pasteur laïc anglican, encourage les Tsimshians à détruire leurs mâts totémiques , leurs masques, leurs costumes et autres accessoires religieux. De tels actes sont malheureusement fréquents.

MISSION JESUITE EN ONTARIOAux Etats-Unis , le bureau des Affaires indiennes publie en 1883 un code de délits religieux qui bannit , entre autres rituels, la danse du Soleil, ainsi que des pratiques de médecine traditionnelle. A la même époque, le gouvernement canadien interdit le potlatch.

Le catholicisme est particuliérement attrayant pour les Indiens; il satisfait leur goût pour les cérémonies thêatrales, et certains de ses aspects leur semblent familiers : le culte de la Vierge ( celui de sainte Anne pour les Micmacs) leur rappelle leur propre dévotion à la Terre-Mère. Quant aux saints, ils sont , par certains côtés, d'assez proches parents de leurs esprits intercesseurs.

Pourtant le christianisme n'est pas parvenu à supplanter totalement les religions traditionnelles. Apporté d'une terre étrangére et propagé par des gens d'une tout autre culture , il est absolument muet sur un des thémes  centraux des traditions autochtones d'Amérique du Nord : le respect que tout être humain doit à son environnement naturel .

 

Les villes de priére

MATS TOTEMS TSIMSHIANS

Pour que la conversion des Indiens soit irréversible , il est nécessaire de les couper de leur univers familier et de leur culture. En 1650, John Eliot, un missionnaire puritain pousse cette idée à son paroxysme.  Il regroupe ses nouveaux convertis à Natick, au sud de Boston , où il fonde pour eux une colonie religieuse de " puritains rouges " . Ces derniers y construisent une ville dans le style anglais ,avec son temple et sa passerelle sur la riviére locale, remplacent leurs chefs héréditaires par un des représentants élus à la maniére anglaise , et s'interdisent la polygamie , les migrations saisonniéres et les pratiques de guérison chamaniques.

Vingt autres "villes de priére " vont voir le jour, mais dureront seulement jusqu'au déclenchement de la guerre dévastatrice qui opposera les puritains à une alliance réunissant les Wapanoags et les Narragansetts, en 1675.

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 19:46

dis le avec des fleurs

J'ai beaucoup aimé ce pps , il est toujours bon de se rappeller ce

qui est bien à savoir pour se sentir meilleur !?

De belles fleurs, de belles pensées....

Je vous souhaite à tous une belle soirée, des bisous, toksa ake

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Pensées....Priéres...
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 12:40

TAMBOUR ET CHANTS

Le tambour bat comme un coeur

 

Danseurs indiens et inuit évoluent aux battements du tambour qui évoquent pour eux les rythmes fondamentaux de l'univers, de la vie. L'aspect spectaculaire a toujours eu une place prépondérante dans l'expression des autochtones d'Amérique du Nord, et la musique et la danse ont connu ces derniéres années, une extraordinaire renaissance qui puise, bien évidemment, dans les diverses cultures tribales, mais s'inspire aussi de thémes panindiens. Beaucoup de chants et de danses sont intertribaux et constituent la base du répertoire de l'American indian Dance Theater.

Des musiciens tels que Carlos Nakai et Kevin Locke ont acquis une célébrité internationale grâce à leurs talents de flûtistes, de compositeurs et de danseurs. Plusieurs autres interprétes et créateurs ont connu le succés dans le domaine de la musique "New Age" mais les formes musicales traditionnelles sont toujours florissantes ...

Le thêatre indien est également bien vivant, plus particuliérement au Canada, où Native Earth Performing Arts, la principale compagnie thêatrale canadienne, interpréte des auteurs indiens ...

Chauqe mois de septembre, le Northern Plains Tribal Arts Show attire à Sioux Falls ( Dakota du Sud) des artistes et des visiteurs venus de toute la région. On peut y voir des peintures et des sculptures, figuratives et abstraites, mais aussi de l'artisanat traditionnel et des danses, et y entendre des musiciens et des chanteurs en tout genre : traditionnel, country-and-western, OURS POLAIRE SCULPTE"engagé"...

OURS POLAIRE SCULPTEL'ouverture de nombreuses galeries d'arts indiens et inuit sur tout le continent nord-américain est une preuve supplémentaire de cette renaissance artistique.

 

-----------------

 

Les Indiens ont été mis en scéne dès le 14 novembre 1606 lorsque Marc Lescarbot fit représenter, par des Français et des Micmacs, sont "Thêatre de Neptune en la Nouvelle France", à l'intention de Champlain, des colons du Port Royal et de leurs alliés "sauvages".

Par la suite, les Indiens ont connu sur les scénes des thêatres européens des fortunes diverses, héroïsés par Voltaire (Alzire ou les Américains, 1736) et caricaturés par beaucoup d'autres.

En 1970, Georges Ryga a brossé dans The Ectasy of Rita Joe le portrait sympathique d'une femme indienne, mais en laissant entendre que sa culture était moribonde.

 

Tomson HighwayDepuis 1986, les oeuvres de Tomson Highway , un jeune auteur dramatique cree, présentent la vie quotidienne d'aujourd'hui sur the rez (la réserve).

Né en 1951 sous la tente de son pére qui était trappeur dans le nord du Manitoba, Highway partagea l'expérience des jeunes indiens qui se retrouvaient enfermés dans un internat la plus grande partie de l'année, coupés de leur famille et de leur culture. Puis il étudia la musique à l'université de l'Ontario occidental. Sa premiére piéce: The Rez Sisters(1986) décrit avec fraicheur, vigueur et truculence l'existence des femmes indiennes dans la réserve imaginaire de Wasaychigan Hill. Elle connut un succés immédiat, remportant plusieurs récompenses au Canada et représentant ce pays au festival international d'Edimbourg. 

Dry Lips Oughta Move to Kapuskasing (1989) traite des méfaits du machisme dans les réserves indiennes. Highway manie toujours l'ironie avec intelligence , cordialité et mordant, s'efforçant de donner des Indiens du Canada une image simple et vraie. Il n'a pas été facile de faire accepter par le public non-indien, un thêatre autochtone nord-américain, mais  les oeuvres de Highway et de quelques autres bénéficient d'une audience de plus en plus large.

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 19:45

Un pps qui relate les origines des noms de pays d'Amérique du Sud ... super interessant !

 

CARTE DU MONDE

 

Mieux qu'un dictionnaire , plus agréable d'apprendre en photos!

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 17:25

 

Jusqu'à la septiéme génération

 

TAMBOUR ET CHANTSLe chiffre sept tient un eplace importante dans les traditions autochtones nord-américaines. Les Lakotas parlent de < sept tribus originelles > et de < sept feux de conseil > ; la sagesse des Sénécas distingue < sept talents > ; les Pawnees se servent de la position des < sept étoiles > ( les Pléiades) pour déterminer le début de l'année cérémonielle ; mais surtout, beaucoup d'Indiens se sentent responsables de ce qui arrivera à leurs descendants jusqu'à la septième génération ; ce qui signifie que le comportement des individus est guidé par la préoccupation que leur cause l'avenir.

Ecrivains, musiciens, danseurs, peintres, sculpteurs .... le préparent en maintenant les traditions vivantes , d'une maniére qui n'est pas toujours traditionnelle ; d'autres , en s'efforçant d'obtenir la restitution des objets acrés, des restes de leurs ancêtres et des terres  dont ils ont été spoliés, pour tenter de rétablir peu à peu  < l'équilibre du monde > ; d'autres encore en fournissant du travail à ceux qui en manquent , ou en créant un système éducatif qui enseigne aux jeunes autochtones les traditions de leurs ancêtres , tout en les rendant parfaitement compétitifs dans notre monde moderne.

 

 

Le tambour est un cercle

 

ECRITURE AMERINDIEN SUR PEAULa rotondité du tambour symbolise l'unité indéfectible du passé, du présent et de l'avenir, et ses battements évoquent les rythmes de la nature, auxquels font écho les voix des chanteurs , des conteurs et des écrivains.

Les traditions orales des Indiens et des Inuit comprennent une grande variété de genres, du simple conte moralisateur au morceau de bravoure oratoire, et  le contact avec des cultures différentes, la création d'alphabets dans plusieurs langues ont offert aux autochtones d'Amérique du Nord de nouvelles possibilités d'expression.

Depuis le XIXsiécle, la combinaison de la maîtrise de l'anglais écrit et de la mise à profit de cette expérience millénaire du récit a permis l'éclosion d'une littérature nord-américaine , oeuvre d'auteurs indiens, qui a non seulement contribué à la réactualisation et à la diffusion des traditions indiennes , mais a également jeté des ponts entre  les diverses cultures indiennes, et entre celles-ci et les cultures occidentales.

L'autobiographie a été le genre le plus aisément abordable et le  moyen le plus direct de faire découvrir aux Blancs la réalité de la vie des Indiens. Le premier ouvrage du genre a été probablement "Son of the Forest" de William Apess, un Péquot sang-mêlé (N-O) Dans son ouvrage, publié en 1829, il parle de ses propres croyances et des mauvais traitements subis par les Indiens.

JAMES WELCH A LA GRACE DE MARSEILLEParmi les plus remarquables successeurs de W.Apess on peut citer : Luther Standing Bear ( Sioux Lakota), Charles Eastman (Sioux Santee), John Rogers (Ojibway) et Paula Gunn Allen (Pueblo Laguna). 

Le premier roman écrit par un auteur indien a été" Wynema" (1891) de Sophie  Alice Callahan , une Creek sang-mêlé ; il traite des problémes de son temps , tels que la danse des Esprits et le massacre de Wounded Knee.

Le roman est un genre qui a particuliérement bien réussi aux écrivains indiens.

En 1968, le prix Pulitzer est allé au Kiowa N.Scott Momaday pour son ouvrage House Made of Dawn, et divers prix littéraires américains ont récompensé successivement, Louise Erdrich(Ojibway), Gerald Vizenor(Ojibway), Wendy Rose (Hopi-Miwok) et Maurice Kenny(Mohawk).

Momaday, Erdrich, Leslie Marmon Silko(Pueblo Laguna) et James Welch(Blackfoot) ont acquis depuis une audience internationale . Parmi les thémes les plus fréquemment abordés par tous ces auteurs, figure la question de l'identité indienne,et celle des rapports que les autochtones entretiennent avec  les Blancs et la culture dominante, blanche, anglo- saxonne et chrétienne.

La poésie indienne a des liens plus étroits avec la tradition orale,et des poétes comme Emily pauline Johnson(Mohawk), Gerald vizenor(Ojibway), et joy Harjo(Creek) s'efforcent de retrouver le style et l'esprit de leurs langues maternelles , mais aussi l'intensité émotionnelle et les rythmes du langage parlé.


JAMES WELCHMOMADAYLOUISE ERDRICH

L'écrit a pris de plus en plus d'importance, mais l'oralité continue d'être florissante aussi bien en anglais que dans les langues amérindiennes, et exprime toujours la sagesse traditionnelle et les conditions de vie contemporaines. Littératures d'expression écrite et d'expression orale ont les mêmes fonctions: la préservation, la défense et l'illustration du génie indien qui a été trop souvent méconnu, mal compris, caricaturé et mésestimé par les non-Indiens.

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:51

Le timbre mettent la Terre en fête , ce 26 et 27 février !

dans 107 villes de France , la TERRE est à l'honneur!

FETE DU TIMBRE 2011 AIX EN PROVENCEA cette occasion, la Poste émet de nouveaux timbres sur le théme de la nature et de l'environnement . Le timbre "Protégeons la Terre " comporte 2 images: Marianne d'un côté et une main qui repique un plant de l'autre...

Un timbre "Fraise" qui dégage une odeur de fraise !! 

de plus un collector de 12 timbres : 9 artistes ont laissé libre cours à leur imagination . Certains illustrent la Terre Nourricière, à travers des scénes de culture dans des champs; d'autres évoquent la "planéte bleue" etla nécessité de préserver l'eau...A chacun sa vision de la Terre ! 


Le Collector fleuri : chacun des 10 timbres est illustré par une fleur; 5 d'entre eux contiennent des graines à semer ( coquelicot, basilic, anthémis du teinturier, arbre à papillons et lavande) .

La Poste s'engage elle aussi dans le développement durable , les collectors émis à cette occasion 2011 est entiérement écoconçu. Le papier 100% recyclable, les pastilles des graines sont 100% biodégradables , les encres sont végétales donc moins nocives et la colle fabriquée avec des éléments qui respectent l'environnement ....

 

(Pour en savoir plus : www.fetedutimbre.com)                                                     FET DU TIMBRE 2011 COLLECTOR                                                  

 

Pour cette édition consacrée à la Terre, la Fête du timbre est partenaire de la Fête de la Nature , qui se déroule chaque année au mois de mai .

(Info : www.fetedelanature.com)

 

NON... je ne fais pas de pub ! je n'ai pas d'actions dans la Poste , juste une façon différente de célébrer la Terre et comme je suppose que vous écrivez parfois des lettres    , une jolie maniére de participer ! Par contre, selon l'article que je viens de partager avec vous , on parle de " écoconçu " seulement pour ce collector ?? Hum.... il serait souhaitable que la Poste fasse TOUS les timbres ainsi ," Préservons la Terre" ne se limite pas à UNE seule journée par an

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 01:40

CHOUETTE OU HIBOU

 

On ne les connait pas beaucoup et pourtant nous les entendons réguliérement , tout au moins par ici !

              Ils n'ont pas le beau rôle dans les histoires ou contines , et c'est bien dommage!

                    Pour les Amérindiens, tout un symbole ... je vous en parlerai plus tard!

De magnifiques photos dans ce pps , vraiment ! Une ode à des drôles d'oiseaux qui gagnent à être connus...

Repost 0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 09:54

SCULPTURE DES ARBRES

 

 

Les arbres sont morts puis les arbres s'éveillent , autrement,

grâce au talent d'un sculpteur étonnant !

Bizarre cet univers !!

Pps Découverte...

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Photos- Images...
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 08:37

MERLE BLEU

 

Tout est dit dans ce beau pps , un oiseau magnifique qui a bien failli disparaître !!! Encore une espéce qui prend de gros risques à cotôyer les Hommes ...

Repost 0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 16:31

Photo LO 3994

 

Il y a plus de plaisir à faire un jardin qu'à contempler le paradis.

Anne Scott -Thomas

 

Photo LO 3983Photo LO 4000

 

Le vrai jardinier se découvre devant la pensée sauvage.

Jacques Prévert

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Pensées....Priéres...
commenter cet article

Le Tipi ...de Dream-Ptewi

  • : Le blog de DreamOKWA
  • Le blog de DreamOKWA
  • : " AMERINDIENS PASSION "... la Nature, ma vision du monde , mes lectures...et les peuples Amérindiens . Partager et communiquer...
  • Contact

Bienvenue chez DreamOkwa

Feeling_Grizzly-1600x1200.jpg

Un Sujet = Un Article ...

Bury my Heart at Wounded Knee

  WoundedKnee.jpg-29.12.1890.jpg

 

 

 

 

 

 

Archives

Traduction ou Gifs

 

Englishblogger

Englishblogger

españolblogger

deutsch

 

Gifs et compagnie

blogger

ANNUAIRE POUR LES NULS.

 

 

 

 

 

le Cercle des Passions

indian_bear.jpg

indian_turtle.jpg6a00d83516889e53ef00e54f39af358834-800wi.jpgla-terre-entre-nos-mains.jpg

LUNE-FROIDE.jpg