Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 17:40

http://i48.tinypic.com/j9ye03.jpgMouche est trés sage et trés câline ,
Ambre lui a donné quelques jouets , même une peluche qu'elle avait réclamé
à grand cri à son papa....
elle lui  ressemble à s'y méprendre ?!
vous ne trouvez pas?




Quelques soucis de propreté mais rien d'étonnant
sans avoir eu sa maman pour le bon exemple !

Mille et une facéties , des caresses et des jeux cocasses....http://i49.tinypic.com/qrhdkz.jpg




Plein de vie à  la maison , une "arche de Noé" pas commune ;
avec un chaton, des perruches, des poissons rouges et une tortue
Hermani !






Mouche ( la mouche sur le nez a fait Mouche !)
Les "Piou-Piou"( Ambre leur a donné des noms impossibles!)
Riri, Fifi, Loulou ( des triplés bien connus)
Kheya ( ou K'e qui veut dire" Tortue )


DES BISOUS         TOKSA AKE



IMPOSSIBLE DE METTRE DES PHOTOS ????
LA NOUVELLE PRESENTATION NE VEUT PAS DE MES PHOTOS !!!!!
internet explorer fait tout sauter ??? je tente le coup depuis hier !!!

GRRRRRRRrrrrrrrrrrrrrrrrr
S .O .S.... ça m'éééééééééénerve grave!!!!!

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Au tepee de PteWi
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 18:28


DES mots pour dire .... 
         
UNE AMITIE  PAS SI VIRTUELLE , 
                  les mots qui forment 
                           des passerelles entre 
                               VOUS et moi  



Un TAG pas comme les autres, des mots qui volent sur la toile et réchauffent le coeur!                  


                                                                                                                                      

 

 

 




                                                                  A l'écoute...

Ce que veulent dire les mots,
On ne le sait pas quand ils viennent.
Il faut qu'ils se parlent, se trouvent,
Qu'ils se découvrent, qu'ils s'apprennent.

Ce que veulent dire les mots,
Ils ne le savent pas eux-mêmes,
Mais les voilà qui se regroupent
Qui s'interpellent, se répondent,
Et si l'on sait tendre l'oreille,
On entend parler le Poéme


Jacques Charpentreau

( la Vie est un Poéme à qui sait Entendre et Ecouter...)
Je n'ai pas la plume facile, les mots souvent viennent et s'envolent , et lorsqu'il y a "interférence" pire encore!
Pour remercier Cap  , sa bonne humeur et son vrai talent d'écriture - je ris! je ris ! et que c'est bon.... -  un poéme qui parle beaucoup mieux que moi... qui définie parfaitement nos rencontres Ici et Ailleurs...

DES BISOUS           TOKSA AKE


 


 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Au tepee de PteWi
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 22:46


Depuis hier,  préparation d'un terrarium pour une tortue terestre de 4 mois!!!!
Ma fille a exaucé mon voeu... BB arrive mardi matin. Hier, balade dans les bois pour ramasser de la terre forestiére, du bois et des pierres plates, j'étais fourbue mais une bonne " cueillette" ... rien de mieux pour garder le sourire! MDR...

Aujourd'hui, aménagement... seule avec Ambre, j'ai donc eu du mal à soulever l'aqua / terra ( les poissons hibernent au bassin!!) 
mais avec de la bonne volonté... ça fonctionne!

Avec livre et l'aide d'un super forum TA -
link -
j'ai aménagé le terrarium de fortune avant l'arrivée de BB :
d'aprés mes infos elle mesure ......2€ !!!!




Certainement quelques erreurs de création , à réviser peu à peu,
mais plein d'amour et d'attention en réserve !

Je sais que certains d'entre vous ont une tortue , je suis toute ouïe... comme d'hab.
Merci !!

DES BISOUS                             TOKSA AKE 

@ demain, je vous rends visite...
ce soir, coucher de bonne heure! ( hum... for me , il est tôt!)

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Au tepee de PteWi
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 23:17

Il y eut dans l'ancien temps une jeune fille qui vivait avec ses quatre frères. Ils avaient installé leur tipi sur les bords d'une petite riviére.
Les environs étaient giboyeux et ils coulaient ensemble des jours heureux. Chaque matin, les quatre frères partaient chasser, tandis que la jeune fille allait ramasser des navets sauvages, cueillir des baies ou bien tannait des  peaux devant la tente. Le soir, ils lui racontaient ce qu'ils avaient vu dans la forêt , elle leur parlait de ses occupations de la journée. Rien ne semblait pouvoir troubler l'harmonie tranquille de leur vie.
Pourtant il est dit que le destin n'aime pas que les hommes et les femmes mènent des vies monotones et sans histoires.

Un soir, trois seulement des quare frères rentrérent. Le quatriéme, qui était l'aîné, manquait à l'appel. Aussitôt la jeune fille fut prise d'un mauvais pressentiment. Ses frères eurent beau la rassurer : < sans doute s'était-il éloigné afin de poursuivre quelque gros gibier, ce qui l'avait obligé à bivouaquer en forêt > ... elle ne cessait de se lamenter. Afin de calmer ses inquiétudes, le deuxiéme frére décida dès le lendemain de partir à sa recherche. Hélas, à la nuit tombée, aucun des deux n'était rentré.
La jeune fille comprit que ses terribles craintes étaient justifiées. 
Il y  avait sans doute quelque créature monstrueuse dans la forêt. Elle voulut empêcher ses frères de s'y rendre. Mais le troisiéme ne l'entendait pas de cette oreille.
Il mit sa hache de guerre à la ceinture, prit son arc et ses fléches, et partit dans la direction où avaient disparus ses aînés. 
Quelques jours passérent et il ne revint  pas . Elle supplia alors le plus jeune de ne pas s'éloigner du campement et de se contenter de pêcher les saumons  sur la rive ou de chasser les lapins de la clairiére. Cela leur suffirait bien pour manger .
Il ne voulut pas en entendre parler. 

- Si mes frères sont prisonniers, c'est à moi de les délivrer. S'ils ont été tués, c'est à moi de les venger. Il embrassa sa soeur, s'arma à son tour et s'éloigna sur le même sentier. 
Les jours passérent et aucun d'entre eux ne revint. Pourtant la jeune fille espérait toujours. Chaque matin , elle leur préparait de la nourriture avec le désir secret de les voir passer le seuil de la tente à la nuit tombée; comme avant, comme au temps où ils étaient tous fraternellement réunis. 
Au bout de quelques semaines , elle dut se résoudre à l'évidence .
Ses fréres  avaient bel et bien disparu. Elle était seule , seule à jamais !
La belle harmonie était rompue.
A quoi bon vivre encore ?
Elle passa plusieurs jours à sangloter puis décida de rejoindre ses frères dans la mort.

Elle prit un galet de la rivière et l'avala en espérant qu'il la ferait mourir. Mais le galet ne la fit pas mourir. Au contraire, on aurait dit qu'il avait amené une source de vie tout au fond d'elle. 
Parfois, il lui semblait que celui-ci bougeait. Au bout de quelque temps, elle fut prise d'une grande douleur dans le ventre et accoucha d'un magnifique petit garçon. Comme il était probablement issu de cette pierre magique qu'elle avait avalée, elle l'appela Garçon de Pierre. Désormais, la jeune fille eut à nouveau quelqu'un à nourrir et à aimer, aussi retrouva t-elle ses forces de vie. Elle se remit à chasser du petit gibier et à ramasser des baies pour son jeune fils. 
Mais Garçon de Pierre n'était pas un enfant ordinaire. Il grandissait et grandissait à vue d'oeil. 

Deux lunes passérent et déjà il parlait et raisonnait comme un adulte. Bientôt il se fabriqua lui-même son arc et ses fléches et ce fut lui qui partit chasser pour sa mère.
A son retour, ils bavardaient tous les deux et il lui racontait tout ce qu'il avait vu aux alentours. De son côté, elle se gardait bien de lui parler des jours funestes d'avant sa naissance. Mais un soir, voyant qu'il avait encore terriblement grandi, elle se résolut à lui donner les habits de ses frères. Elle les avait soigneusement gardés dans un coffre depuis le temps de leur disparition. Etonné, Garçon de Pierrela questionna :
- A qui sont donc ces tuniques et ces mocassins?
La jeune fille , qui ne savait pas mentir, fut contrainte de tout lui raconter : la vie paisible qu'elle avait menée avec ses frères et leur disparition l'un aprés l'autre dans la forêt. 
Dès le lendemain, Garçon de Pierre prit son arc et ses fléches et se dressa devant sa mère qu'il dépassait désormais par la taille :
- J'ai décidé , lui dit-il, de partir à la recherche de mes oncles. 
La jeune fille se lamenta . Elle ne voulait pas perdre à nouveau ce qui était toute sa vie. 
Garçon de Pierre resta inflexible. 
- Ne t'inquiète pas, lui dit-il. j'ai avec moi les grands pouvoirs de la pierre... et rien n'est aussi fort que la pierre et le rocher. 
Mais comment empêcher le coeur d'une mère de s'inquiéter pour son fils? 

Garçon de Pierre prit le sentier au bout duquel ses oncles avaient disparu, laissant sa mère en larmes et à jamais désespérée. 
Il marcha plusieurs jours. Sur son chemin, il questionnait les grands rochers qui lui indiquaient la direction à suivre. Finalement, il arriva dans une zone marécageuse sur les bords de laquelle une vieille femme avait dressé son tipi. La vieille, qui avait tout d'une abominable soriére, flaira sans doute sa présence car il la vit rentrer en toute hâte de grands ballots de peaux sous sa tente. Garçon de Pierre se dirigea droit sur elle.
La vieille femme l'accueillit avec ce qui se voulait être un sourire et ressemblait plutôt à une affreuse grimace :
- Entre, jeune homme, sois le bienvenu !
Elle l'invita à partager son rpas, une bouillie infâme que Garçon de Pierre eut bien du mal à avaler. Puis elle lui proposa de passer la nuit sous sa tente. Garçon de Pierre flaira le piége, pourtant il ne refusa pas. Il s'allongea sous une couverture , mais se garda bien de fermer l'oeil. De temps à autre, il apercevait la vieille sorciére qui l'épiait de sa couche. Voyant qu'il ne doramit pas, ce qui devait contrarier ses plans, elle lui demanda d'une voix mielleuse :
- Je vois que tu n'as pas sommeil . Aurais-tu la gentillesse de me masser le dos? Je suis une bien vieille femme et j'ai  tant de courbatures que cela m'empêche de dormir.
Garçon de Pierre s'approcha et elle découvrit un dos horrible qui ressembalit à la peau d'un lézard. Sur chacune de ses vertébres, il y avait comme une pointe effilée.

<< Sans doute, ces pointes sont-elles empoisonnées, pensa le garçon, c'est sûrement ainsi qu'elle a tué mes oncles ! >>
Aussi, tout en la massant, il prit bien soin de ne pas y toucher. 
Dépitée, la vieille femme s'exclama:
- Tu ne me masses pas assez fort car tu n'es qu'un jeune garçon. monte avec tes pieds sur mon dos et piétine-moi de tes talons. je suis sûre que cela me soulagera. 
Garçon de Pierre fit comme elle demandait .
Mais auparavant, il appela dans sa tête son Esprit protecteur :
- Esprit de la Pierre , Esprit de la Pierre, fais- moi roc et rocher !
Son corps devint alors aussi dur et lourd que la pierre. 
Il prit son élan et sauta bien haut sur l'échine de la vieille, lui brisant toutes les vertébres.
L'abominable sorciére mourut sur le coup. 
Au matin, Garçon de Pierre fouilla la tente et trouva les ballots de peaux que la vieille avait cachés. Dedans, il y  avait les corps de ses oncles, froids, secs et ratatinés. 
- Esprit de la Pierre, Esprit de la Pierre... invoqua t-il à nouveau, dis-moi que faire, dis-moi que faire ! 

Et l'Esprit de la Pierre lui révéla l'un des plus grands secrets du monde des Indiens. Il lui apprit à bâtir un grand dôme de branchages et à le recouvrir de peaux. 
- Ce sera une étuve ! lui dit-il. Allume maintenant un grand feu et fais-y chauffer de grosses pierres. Lorsqu'elles seront bien chaudes, rentre-les dans l'étuve en les prenant délicatement avec une branche fourchue. Puis verse sur les pierres l'eau des marais. Voilà, ton étuve est prête ! 
La petite hutte de branchages s'emplit alors d'une fumée chaude, humide et purifiante. A l'intérieur, il plaça le corps des ses oncles, puis il ferma soigneusement. Et il attendit ! 
Il attendit en invoquant l'Esprit de la Pierre et ses forces sacrées. 
Le soleil monta lentement vers le ciel et lorsqu'il fut au Zénith, Garçon de Pierre entendit des éclats de voix venant de l'intérieur de l'étuve.
Il en souleva les peaux et ses quatre oncles sortirent en souriant. 
- Je suis votre neveu, leur dit-il. Je suis Garçon de Pierre, venu pour vous chercher car il y a bien longtemps que ma mère attend votre retour.




Vous vous doutez quelle fut la joie de la jeune femme  lorsqu'elle vit revenir ceux qu'elle croyait perdus à jamais. Aprés le départ de son fils, dans sa grande tristesse, elle s'était allongée contre un gros rocher prés du campement et attendait la mort. En entendant les voix de ses frères, sa joie fut si immense qu'elle faillit bien en perdre la raison. 
Elle embrassa tous les grands rochers de la clairiére car elle savait bien que c'est grâce à eux que son fils avait pu vaincre et ramener ses fréres. 



Mais Garçon de Pierre n'avait pas seulement ramené ses oncles à la vie.
Il avait aussi rapporté l'une des coutumes les plus sacrées de son peuple : la tente à sudation que les Lakotas appellent inipi
Grâce aux pouvoirs du feu, de l'eau et de la pierre, elle permet de se purifier et de garder la tribu en bonne santé. 







Les pierres ne sont pas seulement des objets inanimés.
Elles font partie de la Création. 
Leur mémoire est grande car elles sont là depuis bien des lunes.
Elles étaient là même avant la naissance des hommes. 
Voilà pourquoi les Indiens les honorent... et cette légende qu'on raconte en pays Lakota est là pour nous le rappeler.







( Contes Indiens des Peuples Amérindiens de Piquemal Michel ) 
  

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Contes et Légendes
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 13:00


INFO



On distingue cinq grandes familles de déficiences : la déficience motrice, visuelle, auditive, intellectuelle, psychique.

Elles peuvent être congénitales ou survenir au cours de la vie (maladie ou accident).

La déficience peut être évolutive ou définitive, visible ou invisible. Elle peut avoir des degrés différents (légères, sévères…)



MAIS : un manque flagrant d'informations utiles pour l'Emploi, l'Administratif, les Démarches de tout ordre... etc.

voici deux liens INFOS :

@@@@@ EMPLOI Handicap - handiQuesta -
link


@@@@@ HandiCapZéro - link - qui proclame le droit
à l'information , quelles qu'elles soient!



Bien à vous, Amicalement...

 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans FIBROMYALGIE
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 10:55

CLIC sur la photo et... 
                         Bonne Route!  

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 10:34

CLIC sur la photo et ...
                     Bon Voyage !

 

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans ICI OU AILLEURS...
commenter cet article
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 19:00





"Un sommeil de glace" de Dan Chartier
: entre la préhistoire et le roman policier, écriture désopilante, parfois crue, mais oh, combien vivante!!

< La vallée de Chamonix, avec ses sommets et ses glaciers , est le temple des alpinistes du monde entier, mais aussi un véritable symbole de la création du monde, avec son relief écrasant forgé depuis une centaine de millions d'années. Un corps y est repéré au fond d'un glacier, dans un endroit difficilement accessible. C'est un cadavre de femme vieux de quelque dix mille ans. Cette découverte extraordinaire demandant à être confirmée avant toute déclaration officielle, le commissaire Marac, avec la discrétion qui s'impose, est chargé de l'affaire. Celle-ci se complique lorsque les deux glaciologues qui connaissaient l'emplacement exact de la dépouille sont assassinés... avec des armes préhistoriques. Pour comprendre le présent et identifier le meurtrier , le commissaire devra plonger très loin dans le passé...



Un extrait , juste pour rire -  j'en ai besoin et vous aussi ! Non ? -

<< Hé, vous, là ! Qu'est-ce que vous chezchez?
J'ai eu une hésitation. Mais j'étais seulet, incontestablement, il ne pouvait s'agir que de moi. Je me suis retourné, un peu étonné. Un type était sur le pas de la porte de la petite annexe. Probablement un gardien ou quelque chose comme ça. Il donnait l'impression de s'apprêter à bondir. Et comme je ne voyais pas de raison valable, j'en ai déduit qu'il devait être très agité, ou très abîmé par la vie, vu son allure.
Le bonhomme aurait fait s'interroger le grand Pablo Ruiz Blasco y Picasso lui-même. un nez qui lui bouffait la moitié de la figure, véritable morille lunaire cratérisée à l'alcool, avec des comédons de la taille de mouches prêtes à décoler de leur base nasale. Une tignasse faisant apparaitre un crâne aussi lustré et cabossé qu'un discours de Mitterand sur le pluralisme politique. Des arcades sourciliéres si épaisses qu'elles formaient antichambre, véranda et parasol tout à la fois, à des yeux de la taille de pois chiches, et de couleur plus ou moins identique aussi.Une machoire prognathe avec des dents si longues et pointues qu'il m'a semblé que le gars devait en avoir plus que la normale , ou alors qu'il déchiquetait de la viande crue à longueur de journée. Le reste passait quasiment inaperçu. Au vu de mes récentes lectures d'information, il m'a paru être le parfait prototype de l'homme de Néendertal . Comme quoi, trente mille ans plus tard, les chromosomes avaient la vie dure ! Cela étant, il avait fallu une sacrée pochette-surprise génétique pour trouver un numéro pareil ! Le bonhomme brandissait une canne d'un air menaçant, et j'en ai déduit que c'était sa façon habituelle de s'exprimer.
- Vous cherchez quoi? un rictus imbécile plaqué sur la face...
Arrivé à trois métres de lui, j'ai aperçu un bout de tissu rouge qui dépassait de sa braguette. Sa chemise étant jaune et vert sous son gilet violet, il ne pouvait s'agir que de son maillot de corps. J'ai parié sur un slip bleu et j'ai senti le fou rire me gagner.
- Denis Servoz. j'ai RDV...
- Et alors?
- Alors, il habite ici!
- Peut être bien m'a fait l'homme singe.
- Certainement.
- Vous êtes sûr?m'a t-il lancé.
-Sûr de quoi?
- Que vous avez RDV avec lui?
- Et pourquoi devrais-je en être sûr puisque j'en suis déjà certain?
Le type m'a regardé d'un drôle d'air.
- Vous êtes qui?
- L'agence Pinkerton !( allusion à la fameuse agence de détectives américaine)
-Ah je pensais bien qu'il finirait par le vendre son chalet. C'est le troisiéme!
Il s'était enfin décidé!
- Merci je le savais déjà. Faites gaffe ,lui ai-je confié avant de tourner les talons , avec ces courants d'air , en allant vidanger , vous risquez de vous trouver pris dans les glaces jusqu'au printemps.
Il m'a regardé d'un air aussi attirant qu'un cul de poule
.. ...>>>>
  
Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Mes lectures - mes passions...
commenter cet article
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 11:18

 
                                                                       Suite du voyage....


Ils voulaient retourner chez eux !

<< Je veux croire que vous n'exigerez pas de nous que nous partions sur des territoires qui ne sont  pas les nôtres, déclara t-il. Jamais nos ancêtres n'ont envisagé de vivre en un autre lieu... Au commencement, quand les Navajos ont été créés, quatre riviéres et quatre montagnes nous ont été attribuées. Là devait se trouver notre Dinetah qui nous a été donnée par Femme-qui-Change >>

C'est ce même Être Sacré surnaturel qui, de son sein, avait créé les quatre premiers clans navajos , relata Barboncito, ainsi qu'à leur intention la terre délimitée par les quatre montagnes sacrées. Il expliqua au général que leurs ancêtres leur avaient enseigné de ne jamais quitter cette Terre Sacrée .
Loin de Dinetah , < quoi que nous fassions,
la mort s'abat sur nous >.
Le Pecos les noyait lorsqu'ils s'y lavaient.
La foudre les tuait.
Même leur viel ami, le serpent à sonnettes, les frappait sans prévenir.

<< Les lamentations de nos femmes font couler des larmes jusque dans ma moustache, dit-il encore. Je ne peux penser qu'à Dinetah. je suis comme une femme en proie au chagrin, comme une femme dans l'affliction. C'est mon pays et je veux y retourner. >>

Leurs légendes disent aux Hopis qu'ils sont attachés par les destin à leur coin de désert élévé, accomplissant ainsi des prophéties surnaturellles: Dieu leur a ordonné de partir pour des migrations devant les amener aux confins de la terre, afin d'y trouver le centre de l'Univers et d'y vivre jusqu'à la fin de ce Quatriéme Monde; ils ont découvert cet endroit , ce Tuwanasavi , à l'extrémité sud de Black Mesa.
 
Ils vivront là jusqu'à la nuit des temps. La même chose s'applique de différentes maniéres aux autres tribus pueblos qui ont découvert leurs lieux sacrés et y ont bâti leurs sociétés le long du Rio Grande et à Acoma, Zuni, Laguna, ailleurs encore. 
Avec des variantes, c'est aussi vrai des Navajos, comme Barboncito l'expliqua à Sherman, que des Apaches, retenus par leurs Esprits des Montagnes, des Utes, Papagos, Havasupais et de tous les autres. Pour tous, premiers arrivants en ces lieux, cette terre est sacrée.

Mais qu'en est-il pour nous ? Qu'en est-il pour moi qui suis né en Oklahoma et pour tous ceux aux yeux de qui ce paysage représente bien plus qu'un intérêt purement géographique ? Comment répondre à l'inconnu de Hartford? Cette réponse , je la cherche ardement depuis cet après-midi du mois d'Août où Marie , ma femme, et moi, nous tenions à côté de notre vieille Ford près de Clayton , au Nouveau-Mexique, et assistâmes à notre premier orage sur le haut pays. 
L'air , chaud et humide dans la traversée du Texas, était soudain devenu froid et ( pour un habitant des basses terres) incroyablement transparent. Il y avait des salves de tonnerre, une odeur d'ozone entêtante, et une éblouissante succession d'éclairs qui parait le ciel d'orage de couleurs lumineuses. C'était en 1950, et il nous fallut deux ans pour mener à bien notre migration jusqu'à notre Tuwanasi personnel.Mais, dès ce jour, nous avons su, aussi clairement que Barboncito ou que le Clan de l'Ours des Hopis, où le destin nous commandait de vivre. 

( à suivre...)   

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Mes lectures - mes passions...
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 12:56



Les miracles de la création sont si multiples
que cette beauté ne finira jamais.
Le monde est un miracle.
Le monde est magie.
Le monde est amour.
Et le monde est ici, maintenant.

Gayle High Pine

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Amérindiens
commenter cet article

Le Tipi ...de Dream-Ptewi

  • : Le blog de DreamOKWA
  • Le blog de DreamOKWA
  • : " AMERINDIENS PASSION "... la Nature, ma vision du monde , mes lectures...et les peuples Amérindiens . Partager et communiquer...
  • Contact

Bienvenue chez DreamOkwa

Feeling_Grizzly-1600x1200.jpg

Un Sujet = Un Article ...

Bury my Heart at Wounded Knee

  WoundedKnee.jpg-29.12.1890.jpg

 

 

 

 

 

 

Archives

Traduction ou Gifs

 

Englishblogger

Englishblogger

españolblogger

deutsch

 

Gifs et compagnie

blogger

ANNUAIRE POUR LES NULS.

 

 

 

 

 

le Cercle des Passions

indian_bear.jpg

indian_turtle.jpg6a00d83516889e53ef00e54f39af358834-800wi.jpgla-terre-entre-nos-mains.jpg

LUNE-FROIDE.jpg