Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 18:00

ENTERRE mon coeur à WOUNDED KNEE2ENTERRE MON COEUR A WOUNDED KNEE

 

A Nicolas Brave-Wolfe

 

Préface : Cette nouvelle édition de Enterre mon coeur à Wounded Knne marque le 20é anniversaire de la premiére parution du livre en France,  102 ans aprés le massacre de Wounded Knne, le 29 Décembre 1890. Tout au long de ces années lourdes de fantômes, le lieu en soi, désert et battu par les vents, est devenu le symbole moderne de maux immérités.

Au cours des vingt et quelques années écoulées depuis la sortie de cet ouvrage, de nombreux changements sont survenus dans l'univers des Indiens d'Amérique. Il y a eu prise de conscience et une évidente fierté de la  part de toutes les tribus à l'égard de ce qui touche à leur passé héroïque. Une volonté de redresser les torts antérieurs et de s'opposer à tout autre empiétement sur leur patrimoine s'affirme parmi les jeunes indigénes américains d'aujourd'hui. Certains ont lutté pour se doter d'une éducation et apprendre à utiliser au profit de leur peuple les instruments qu'offrent le droit,ENTERRE MON COEUR à Wounded Knee l'économie et la politique. Ils ont créé de remarquables groupes artistiques et littéraires dans divers domaines:études historiques, pamphlets, écrits d'actualité, romans riches et forts, thêatre et poésie.

Tous ces changements sont porteurs d'espoir pour l'avenir.

Mais l'espoir ne suffit pas. Du point de vue économique et social, en matiére de logement et de santé, trop de ces braves Américains opprimés continuent de vivre dans des conditions déplorables. Trop de torts sont encore à redresser.

Si ce livre a contribué depuis sa parution à modifier tant soit peu attitudes et comportements, il n'aura pas été inutile.

 

                              Dee BROWN , Septembre1992

 

 


Introduction

 ANAHUAC TREE ( CLIC lien photographe)

ANAHUAC veut dire "l'Amérique" en Lakota

- - - - - - - - -

Depuis le voyage d'exploration de Lewis et de Clark sur le littoral du Pacifique , au début du XIXe siécle, les rapports publiés pour dcrire l' "ouverture" sur l'Ouest américain se comptent par milliers. La plus grande concentration d'expériences vécues et de témoignages se rapporte à la période comprise entre 1860 et 1890 - époque dont traite cet ouvrage. Ce fut une ére de violence qu'on a peine à imaginer, et en même temps celle d'une véritable vénération pour l'idéal de la liberté individuelle représenté par ceux qui en jouissaient déjà.

dyn006 original 560 398 xpng 064bb7240a73ca71a3ef2d19fb4d3C'est dans ce court laps de temps que se situe la destruction de la culture et de la civilisation de l'Indien américain, et c'est dans le cadre de cette époque qu'ont été créés les grands mythes de l'Ouest américain - histoires de trappeurs, de pionniers, de pilotes de bateaux à vapeur, de joueurs, de bandits, de rangers, de chercheurs d'or, de cow-boys, de filles de saloon, de missionnaires, de maîtresses d'école et de grands propriétaires terriens. A de rares occasions seulement, la voix d'un Indien essayait de se faire entendre , mais même alors, son témoignage était le plus souvent rapporté par la plume d'un homme blanc. L'Indien représentait une sombre menace pour les mythes, et même s'il avait su écrire dans la langue anglaise, où aurait-il trouvé un éditeur pour publier son histoire?

Et pouratnt, elles ne sont pas toutes perdues ces voix indiennes , témoins du passé. Quelques comptes rendus authentiques de l'histoire de l'Ouest américain ont été conservés grâce aux mémoires pictographiques d'Indiens ou à des traductions anglaises, dont quelques-uns ont pu être publiés dans des journaux et des brochures obscurs ou dans des ouvrages de petite diffusion. A la fin du XIXe siécle, où l'intérêt mêlé de curiosité de l'homme blanc pour les survivants indiens des guerres se manifestait un peu partout , il arrivait fréquemment que des journalistes entreprenants questionnent les guerriers et les chefs et leur donnent l'occasion d'exprimer leur opinion sur ce qui se passait dans l'Ouest. La qualité de ces témoignages était discutable , car elle variait grandement selon la compétence des interprétes ou la disposition des Indiens à parler librement. Certains Indiens craignaient des représailles s'ils disaient la vérité, tandis que d'autres se plaisaient à mystifier les journalistes avec des histoires de fous et des contes extraordinaires. Les témoignages des Indiens parus dans les journaux de l'époque AVANT NOUS.....doivent donc être lus avec scepticisme, encore que certains soient des chefs-d'oeuvre d'ironie et que d'autres brûlent d'un feu poétique plein de furie.

Parmi les sources les plus riches de témoignages directs d'Indiens figurent les rapports des négociations de traités et autres rencontres officielles avec des représentants civils et militaires du gouvernement des Etats-Unis. Le nouveau systéme de sténographie d'Isaac Pitman commençait à être en vogue dans cette deuxiéme moitié du XIX siécle ; quand les Indiens prenaient la parole dans un conseil, un sténographe était assis à côté de l'interpréte officiel.

Même quand les réunions avaient lieu au fin fond de l'Ouest, il se trouvait toujours quelqu'un pour prendre note des discours, et, en raison de la lenteur du processus de traductions, une bonne partie de ce qui était dit pouvait être écrit de façon non abrégée . Les interprétes étaient assez souvent des métis sachant parler les langues mais rarement les lire ou les écrire. A l'instar de la plupart des peuples s'exprimant exclusivement oralement, ces métis et les Indiens devaient avoir recours au langage figuré pour exprimer  leurs  pensées, si bien que la traduction anglaise était fleurie d'images pittoresques et de métaphores empruntées à la nature. Si un Indien éloquent avait un interpréte incompétent, ses paroles risquaient d'être transformées en prose insipide , tandis qu'un bon interpréte réussissait à faire d'un orateur malhabile un fougueux poéte.

La plupart des chefs indiens parlaient avec franchise et sans contrainte devant les hommes blancs, mais, devenant plus avertis en matiére de diplomatie au cours des années 1870-1880, ils sollicitérent le droit de choisir leurs propres interprétes et sténographes. Dans cette derniére période, tous les membres des tribus étaient libres de parler, et quelques Indiens âgés en profitaient pour raconter des événements auxquels ils avaient assisté dans le passé ou pour résumer l'histoire de leur peuple. Bien que les Indiens qui ont vécu cette funeste époque de leur civilisation aient disparu à jamais, des milliers de leurs paroles sont conservées dans des rapports officiels. Une grande partie des délibérations les plus importantes étaient en effet consignée dans des documents et des rapports gouvernementaux.

puisant aux sources de cette histoire orale presque oubliée, j'ai essayé de rédiger un récit de la conquête de l'Ouest américain, telle que les victimes l'ont vécue, en employant autant que possible leurs propres paroles. Les Américains, qui ont toujours regardé vers l'Ouest en étudiant cette période de leur histoire, devraient se tourner vers l'est en lisant ce livre.

AMERINDIENSCet ouvrage n'est pas gai; cependant, l'histoire a sa façon d'empiéter sur le présent, et peut-être ceux qui me lisent gagneront-ils ainsi une meilleure compréhension de l'Indien américain d'aujourd'hui, sachant ce qu'il a été. Les lecteurs seront sans doute surpris d'entendre des mots de douce modération dans la bouche des Indiens, que des mythes américain ont stéréotypés comme des sauvages impitoyables. Ils pourront prendre conscience de leurs propres liens avec la terre à l'instar d'un peuple profondément fidéle à ses traditions. Les Indiens savaient qu'il existait  une étroite relation entre la terre et ses ressources, que l'Amérique était un paradis , et ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi les intrus de l'Est étaient déterminés à détruire tout ce qui était indien, ainsi que l'Amérique elle-même.

Et, si jamais le lecteur de cet ouvrage a l'occasion de voir la pauvreté, l'état désespéré et la saleté sordide d'une réserve indienne moderne, il lui sera peut-être possible d'en comprendre vraiment les raisons et de trouver la réponse au pourquoi.

 

Urbana, ILLINOIS

Avril 1970                                   DE  DEE  BROWN

 


 

AMERINDIENNE enfant bergére

Partager cet article

Repost 0
Published by Dreamokwa - PTEWI - dans Mes lectures - mes passions...
commenter cet article

commentaires

anne laure 04/05/2010 00:31



merci pour cette page d'histoire


j'ai noté les references du livre que je ne connaissais pas


gros bisous


anne laure



Dreamokwa - PTEWI 04/05/2010 09:07



re-moi , je te souhaite une bonne lecture! un livre excellent, de l'Histoire 100% et à chauqe page, on se prendd des claques.... mais ouvrir les yeux sur cette page de l'histoire rend ...
meilleur, je le souhaite en tout cas! on parle des guerres de tous les pays en Histoire, mais ce génocide n'apparait pas dans nos livres d'histoire ( ni en amérique d'ailleurs...) et je trouve
cela triste , non respectueux de ceux qui ont tant souffert et encore de nos jours!!!!!!! bon, j'arrête... un sujet dont je pourrai parler des heures durant....


et j'ai RDV pour visiter une maison !!! ici, le proprio et l'agence ne font rien... j'en ai marre! donc, qui tente rien.. n'a rien!!!! lol


des bisous, belle journée à toi, toksa ake



Clothilde91 02/05/2010 23:04



Coucou ma belle ; merci pour ton gentil com ! je suis comme toi, je suis en révolte perpétuelle contre notre société, contre ce monde qui fait n'importe quoi et qui, finalement va
s'auto-anéantir.... et en plus, nous n'y pouvons rien !!!!! quel gâchis.... leur sacro-saint argent les enterra tous !!!!! j'ai enregistré le titre du livre ; encore un cadeau qui fera plaisir à
mon mari ! plein de bisous, CLO. J'oubliais ! ici il a fait très frais mais un beau WE ensoleillé....



Dreamokwa - PTEWI 03/05/2010 09:17



hau MaClo ,


Souviens toi du Titre  et c'est  bientôt la fête des Pères!!! !!


il est EXCELLENT et nous ouvre une grande page d'Histoire ! toujours bon à connaitre les causes et effets de ce génocide !!!!!!!!!!


je vais faire un tour chez toi.... bisous



JiCé 02/05/2010 21:34



Ah! J'ai failli oublier: voici un petit bouquet de muguet pour te souhaiter un excellent mois de mai!





 


 



Dreamokwa - PTEWI 03/05/2010 09:11



Merci Kola !!!!


Gentille attention... Bisous



JiCé 02/05/2010 21:17



Hau kola, PteWI! Excellent bouquin que j'ai lu, il n'y a pas londtemps. Cà me fait penser que je n'en ai pas encore fait le compte-rendu sur mon blog. Va falloir que je m'y mette... Bonne soirée
et merci de ton passage!



Dreamokwa - PTEWI 03/05/2010 09:06



hau Jicé,


EXCELLENT  et rarissime... un livre bouleversant qui remue tout à l'intérieur, et qui nous donne un aperçu de la souffrance des tribus amérindiennes !!!! Mon livre culte... mais tu
le sais !! Parles-en... n'oublie pas!


des bisous, toksa ake



Le Tipi ...de Dream-Ptewi

  • : Le blog de DreamOKWA
  • Le blog de DreamOKWA
  • : " AMERINDIENS PASSION "... la Nature, ma vision du monde , mes lectures...et les peuples Amérindiens . Partager et communiquer...
  • Contact

Bienvenue chez DreamOkwa

Feeling_Grizzly-1600x1200.jpg

Un Sujet = Un Article ...

Bury my Heart at Wounded Knee

  WoundedKnee.jpg-29.12.1890.jpg

 

 

 

 

 

 

Archives

Traduction ou Gifs

 

Englishblogger

Englishblogger

españolblogger

deutsch

 

Gifs et compagnie

blogger

ANNUAIRE POUR LES NULS.

 

 

 

 

 

le Cercle des Passions

indian_bear.jpg

indian_turtle.jpg6a00d83516889e53ef00e54f39af358834-800wi.jpgla-terre-entre-nos-mains.jpg

LUNE-FROIDE.jpg